Société

[Vidéo] Le rapport du comité interministériel "catastrophes naturelles" devient urgent !

Mardi 11 Décembre 2018

Alors que le système d'alerte cyclonique évolue à La Réunion avec la création d'une nouvelle alerte violette. A Maurice le rapport du comité interministériel, présidé par la VPM Fazila Jeewa-Daureeawoo, n'est toujours pas rendu public alors que nous sommes dans la saison cyclonique.


Après les dégâts causés par le passage du cyclone Berguitta en janvier dernier, des recommandations devaient être pris en compte pour mener à bien la gestion des actions à prendre en cas de catastrophes naturelles.

"Un nouveau plan ORSEC Cyclone adapté à la situation réunionnaise" 
Sur l'île soeur, le préfet de la Réunion s'était engagé depuis quelques mois un débat avec Météo France et les élus pour faire évoluer le système d’alerte météorologique et cyclonique en vigueur à La Réunion. Le cyclone Fakir a eu raison du système d'alerte en vigueur à La Réunion. ​

Quelques évolutions ont été prises avec la préfecture et Météo France pour accompagner au mieux les Réunionnais durant la période cyclonique. Mais cette année, ce traditionnel point a été annonciateur de quelques évolutions. 

Plus de superposition des mises en garde 

Afin de permettre une meilleure visibilité du système d’alerte tant pour la population que pour les gestionnaires de crises, il a été décidé de ne plus superposer les plans ORSEC "cyclone", système de compte à rebours avant l’impact d’un météore, et "événement météorologique dangereux", système de vigilance fondé sur l’intensité des pluies, des vents, de la houle et leur dangerosité.  

Une nouvelle alerte 

Il y aura aussi une nouvelle alerte, l’alerte "violette" qui se traduira par les consignes suivantes : "je reste confiné et ne sors sous aucun prétexte". Cette alerte violette se superposera à l'alerte rouge en cas de dangerosité confirmée. 

Source : Zinfos974.
 


Rédigé par E. Moris le Mardi 11 Décembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.