Menu


International

[Vidéo] La BBC World News accuse le gouvernement mauricien de laisser tomber ses citoyens


Rédigé par E. Moris le Lundi 29 Juin 2020

Les jours se suivent et se ressemblent pour les différents Mauriciens bloqués sur les bateaux de croisières depuis trois mois.



Le gouvernement a fait preuve d'une grande lâcheté en refusant l’accès à des bateaux de croisières alors que ces derniers étaient à quelques kilomètres des côtes mauriciennes. Des Mauriciens qui sont à bord depuis maintenant plus de trois mois continuent leur long exil vers l'Inde ou les Philippines. 

Des Mauriciens obligés de payer leur frais de quarantaine et billet de retour.

A quoi joue le ministre Nando Bodha en moyennant le rapatriement de ces milliers de Mauriciens bloqués sur les bateaux ? L'image de Maurice prend un sérieux coup auprès des compagnies de croisière qui soutiennent qu'il sera difficile pour eux de travailler avec des Mauriciens par la suite, vue les négociations difficiles avec le gouvernement. La presse internationale vient de mettre en lumière la tragédie qui se joue chaque jour concernant les mauriciens toujours bloqués sur les bateaux.

Message d'un citoyen mauricien bloqué sur un bateau de croisière

C'est la chaîne anglaise, la BBC World News qui s'est intéressée au cas des nombreux employés de bateaux de croisière qui attendent toujours d'être rapatriés. Dans un reportage, la BBC explique que le gouvernement mauricien aurait laissé tomber ses citoyens alors que les employeurs font de leur mieux pour les rapatrier. Un Mauricien s'est confié à la BBC et explique que les employés de croisière mauriciens n'attendait pas d'être traité de la sorte par le gouvernement mauricien. 

"I trust this will fall in the right hands and that our wait to go back home will not last any much longer as one of the biggest and most cruel punishment for any human being is to deprive someone of the right to be with their loved ones when the latter needs them"

Rappelons que 6 350 Mauriciens se retrouvent bloqués dans environ 88 pays, dont 23 en Afrique et 21 en Asie depuis la pandémie lié au Covid-19.

 



Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.