Menu



Environnement

[Vidéo] L'activiste Aruna Gangoosingh dénonce avec virulence le massacre écologique dans le village de la Providence


Rédigé par E. Moris le Samedi 10 Avril 2021

La Providence est un petit village de pêcheurs situé dans le Sud de l'île, après Grand Port.



[Vidéo] L'activiste Aruna Gangoosingh dénonce avec virulence le massacre écologique dans le village de la Providence
Alors que les Mauriciens sont confinés et privés de leurs plages en raison d'un confinement sanitaire, loin des regards, sur le front de mer de la Providence après Grand Port, le massacre écologique continue.
 
Ces arbres qu'on assassine au nom du développement urbain. Après l'abattage d'arbres précieux ou centenaires abîmant au passage la fragile végétation de l'écosystème tropical, le massacre continue. Des centaines d'arbres ont été coupés et le littoral goudronné sur plus de deux kilomètres.

Ces arbres qui offraient de l'ombre aux promeneurs ou aux villageois face au soleil écrasant ne sont plus qu'un souvenir. A la place, le site est devenu un véritable chantier où des travailleurs indiens ont installés leur base pour détruire la nature sous les ordres des autorités, qui prétexteront un problème "d'érosion".

L'activiste Aruna Gangoosingh a porté plainte contre cette énième provocation du gouvernement. Dans une vidéo filmée ce samedi après-midi, on la voit interpeler avec virulence et dans un langage châtié plusieurs personnes et remettre à leur place des policiers qui circulent sans leur badge ! 

Crédit vidéo : Gangoosingh Aruna


Samedi 10 Avril 2021


1.Posté par J le 11/04/2021 02:36
Elle est géniale Aruna et si on avait plus de personnes comme elle on en serait pas là

2.Posté par tom le 15/04/2021 09:14
si tout les mauriciens pouvaient défendre la vie dans leur pays comme elle. il y a longtemps que Maurice serait plus jolie et sans érosion du littoral. Bravo Aruna ! Si on retire les gros mots, la vidéo est très démonstrative.

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.