Menu



Société

[Vidéo] L'acquisition du terrain "Au Bout du Monde" du CEO de Mauritius Telecom revient sur le tapis


Rédigé par E. Moris le Mercredi 10 Février 2021



Après le scandale dans l'affaire Angus Road, des terrains mal acquis du couple Jugnauth, le terrain à Ebène, de Rs 30 millions "Au Bout du Monde" de Sherry Singh, le CEO de Mauritius Telecom et super conseiller du Premier ministre fait de nouveau l'actualité.

Acculé par des révélations dans l'affaire «Sherrygate», cette fois-ci, c'est l'homme de loi Akil Bissessur qui remet sur le tapis cette affaire supposément classée et sans suite.

L'avocat dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux et sa page Facebook, dit détenir des preuves accablantes concernant cette transaction immobilière en faveur de Sherry Singh. Faisant partie du panel d'avocats, les "Avengers", Akil Bissessur fait des révélations sur le passé professionnel de Sherry Singh qui s'est vanté d'avoir 20 ans d'expérience dans la téléphonie. 

Le chairman de l’opérateur national de téléphonie a toujours nié dans le passé, les maldonnes alléguées. Pourtant l'ascension sociale et financière de Sherry Singh, homme de l'ombre de Pravind Jugnauth ont toujours suscité beaucoup d'interrogations. Ce proche et ami intime du couple Jugnauth aurait selon sa biographie, vécu dans une maison NHDC, pris de l'emploi à Mauritius Telecom comme CEO et en à peine 16 mois acquis un terrain d'une valeur de Rs 30 millions.

Dans le but de "Name & Shame", Akil Bissessur dit détenir des informations sur le financement de cette résidence luxueuse et le "deal" avec un entrepreneur controversé.

Soulignons que Sherry Singh avait remis aux hommes de loi de Mauritius Telecom ses transactions bancaires personnelles ainsi que les détails d’un emprunt pour financer la construction de sa résidence à Ebene "Au Bout du Monde", lors des révélations de Top Fm en pleine campagne des dernières législatives.
 
 

Crédit vidéo : Akil Bissessur


Mercredi 10 Février 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.