Environnement

[Vidéo] Anse-La-Raie: Une mobilisation de plus de 200 personnes

Dimanche 18 Novembre 2018

L’appel du collectif Protect Anse-la-Raie a été un succès. Plus de 200 personnes, dont des enfants et des membres d’Aret Kokin Nu Laplaz (AKNL), se sont mobilisées dimanche 18 novembre pour un «tree-hugging» à Anse-La-Raie.


Un événement afin de protester contre l’abattage de plus d’une centaine d’arbres pour faire place à une route.

Carina Gouden du collectif Aret Kokin Nou La Plaze est venue soutenir le mouvement. Des arbres endémiques, dont le bois d’ébène, ont été plantés ce dimanche, mettant ainsi au défi les autorités de couper ses arbres.

Ce groupe de citoyens engagés s’était réuni, hier, sur la plage d’Anse-La-Raie pour exprimer leurs indignation contre la construction d’un by-pass devant relier la route Mont Choisy/Cap Malheureux à Anse-La-Raie.

Sur ce tracé des arbres centenaires pour certains, doivent être abattus au profit d’une nouvelle route. 
 “Quel est le véritable dessein de ce by-pass? Quelle en est la nécessité?”
 
Les propos avancés au Parlement par le ministre des Infrastructures publiques Nando Bodha– qui s’en était ouvertement pris au député MSM Sudesh Rugoobhur a jeté le trouble.

Sudesh Rughoobur, député  n°6 de la majorité, à Grand-Baie–Poudre-d’or, s’était enquis du projet parlant de "catastrophe écologique", avant que le ministre Nando Bodha l'accuse de pratiquer de la «cheap politics» sur le projet de by-pass entre Grand-Baie et Cap-Malheureux. 

Bodha estime que le député aurait dû le consulter avant de faire des déclarations à la presse. Allant jusqu'à dire que Sudesh Rughoobur n’a pas le droit de parler à la presse. Selon le ministre des Infrastructures publiques, le député aurait encouragé des personnes à croire qu’il avait des intérêts personnels dans ce projet. 

Si Nando Bodha affirme que la route côtière restera toujours accessible à tous, avançant que le bypass vise à désengorger le trafic dans cette région et à éviter des accidents, le scepticisme règne quand on connait la mesure de ce gouvernement à céder aux appels des promoteurs immobiliers et groupes hôteliers.

Qui plus est, les habitants ne comprennent pas comment une route sera construite sur des wetlands. Un projet au coût de Rs 200 millions.
Comme pour le Metro Express et la place Roland Armand ce sont les arbres qu'on sacrifie au détriment d'une vision écologique pensée et réfléchie.

Si le ministre a confirmé que 150 arbres seront abattus et 400 autres replantés pour les besoins de ce projet, ceci reste une ineptie concernant les arbres centenaires. Surtout qu'il n'y aucune urgence en la matière. Bien au contraire au lieu d’abattre de magnifiques arbres, les autorités devraient réparer, élargir et embellir l’actuelle route côtière en y plantant d’autres arbres de chaque côté.
Outre une pétition qu’ils enverront prochainement aux autorités, une manifestation pacifique la semaine prochaine pour dire “pas touss nou zarb!” est prévu.

Lire également :

https://www.zinfos-moris.com/Anse-La-Raie-Non-a-l-abattage-de-500-arbres-manifestation-ce-dimanche_a2640.html


Rédigé par E. Moris le Dimanche 18 Novembre 2018