Menu



Environnement

[Vidéo] A bord du Greenpeace Arctic Sunrise avec la mauricienne et biologiste marine Shaama Sandooyea


Rédigé par E. Moris le Samedi 10 Avril 2021

Shaama Sandooyea, 24 ans, a organisé la première manifestation sous-marine au large des Seychelles avec pour thème : "Grève pour le climat".



Shaama Sandooyea, militante pour le climat et biologiste marine, avait attiré l’attention de la presse internationale après sa manifestation en faveur de la justice climatique sur les bancs de Saya de Malha avec Greenpeace .

La Saya de Malha est connue comme étant le plus grand écosystème d’herbiers marins sur la planète qui n’a pas été modifié ou détruit et qui accueille une biodiversité unique. Cette zone se trouve sur le “Mascarene Plateau” entre Maurice et les Seychelles.

Shaama Sandooyea a rejoint Greenpeace pour un épisode de “Ocean Witness Series: Coral reefs”, à la suite de la catastrophe écologique liée au naufrage du Wakashio sur les côtes mauriciennes, où un navire a déversée 3 800 tonnes de fioul et 200 tonnes de diesel, souillant toute la réserve naturelle, dévastant les coraux, engluant les oiseaux et intoxiquant rougets, calamars et poulpes. 

La jeune biologiste marine fait actuellement partie d'une expédition avec une équipe de Greenpeace constituée de quatre scientifiques à bord de l’Arctic Sunrise, qui vise à protéger les océans. Leur mission consiste à faire des recherches scientifiques à la Saya de Malha afin de mieux comprendre son écologie et le fonctionnement de son écosystème. 

Rappelons que Shaama Sandooyea, 24 ans, a organisé la première manifestation sous-marine au large des Seychelles avec pour thème : "Grève pour le climat".

Le 18 mars, à 8 000 kilomètres, plein sud, dans l’océan Indien, Shaama Sandooyea, a innové en réalisant la première manifestation sous-marine, dans une eau bleue lagon quelque part entre les Seychelles et l’île Maurice. Elle est partie en bateau, avec sa pancarte et quelques amis vers une zone appelée Saya de Malha, le plus grand banc de sable immergé au monde, au milieu du plateau marin des Mascareignes. Tous ont plongé, avec palmes, masque et tuba, et ont brandi leurs pancartes  "Grève scolaire pour le climat", ou encore "Nous voulons la justice climatique", écrit en créole. 
 


Samedi 10 Avril 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.