Menu



International

[Vidéo] À Melbourne, Australie : Un Mauricien arrêté pour avoir brutalisé sa petite amie enceinte


Rédigé par E. Moris le Vendredi 17 Mai 2019



C'est une vidéo qui défraie la chronique en Australie.

On voit un homme qui frappe à maintes reprises sa petite amie enceinte de 4 mois et demi, jusqu'au sang, celle-ci essayant désespérément de se cacher dans une station-service de Blackburn Road à Glen Waverley.

Les faits se sont déroulés le 17 septembre de l'année dernière. Le couple s'était rendu à une fête à l’occasion de la communion de la nièce de Didier Lam Kee Shau âgé de 38 ans. Fortement alcoolisé, c'est en voiture, sur le chemin du retour, qu'il s'en est pris physiquement à sa compagne.

Celle-ci a garé sa voiture dans une station-service à Mount Waverley, dans la périphérie de Melbourne, afin de chercher de l’aide. Malheureusement, Didier Lam Kee Shau a continué de faire pleuvoir des coups sur elle. En se réfugiant à l’intérieur de la boutique de la station-service, Didier Lam Kee Shau a pris le volant de la Honda et a foncé sur le bâtiment dans l'intention de tuer sa compagne. Les dommages causés au bâtiment sont estimés à plus de Rs 3 millions.

La femme enceinte a pu donner naissance à son enfant.

Son témoignage en Cour, ainsi que les images de vidéo surveillance de la station service ont mené à la condamnation de son compagnon Didier Lam Kee Shau. Il a écopé de cinq ans d’emprisonnement.

Il est à noter que depuis mars 2019, l'Australie intensifie sa lutte contre les délinquants étrangers. Les visiteurs reconnus coupables de violence envers des femmes et des enfants seront expulsés ou interdits d'entrée en Australie, avait annoncé le ministre de l'Immigration David Coleman.

Les nouvelles lois, entrées en vigueur s'appuient sur la législation existante, privant de visa d'entrée les personnes condamnées à au moins un an de prison. "L'Australie ne tolère pas les auteurs de violences domestiques", a affirmé David Coleman dans un communiqué.

 


Vendredi 17 Mai 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.