Menu


Faits Divers

Valetta: Le cadavre de Meenakshi exhumé, son corps transporté à l'hôpital à des fins d'autopsie


Rédigé par E. Moris le Jeudi 26 Décembre 2019



La magistrate du tribunal de Moka avait émis l’ordre d’exhumation concernant le cadavre de Meenakshi Pydigadu pour ce jeudi 26 décembre, à des fins d'autopsie.

Cette jeune femme de 35 ans et mère de deux enfants âgés de deux et six ans respectivement, a été enterrée dans sa cour par son compagnon de 63 ans, qui soutient qu’elle est morte de cause naturelle.

L’homme, Gervais Frivet, son concubin depuis dix ans et père de ses enfants, est en détention car la famille de la jeune femme, qui n’a été informée du décès qu’après l’enterrement, soupçonne qu'il y a un acte criminel. Ils ont réclamé l'exhumation du cadavre pour un examen post-mortem.

Le corps exhumé après une heure de fouille

C'est donc sous forte présence policière et de la Police Medical Office du Forensic Science Laboratory (FSL), qu'après une heure et demie de fouille, que le corps d'Anoushka Pydigadu a finalement été découvert.

Notons la présence des proches de la victime, son frère, des cousins ainsi que la mère de celle-ci, Rajeenee Pydigadu, sur les lieux. Ils n'ont pu toutefois assister à l’exercice.

Le cadavre a été transporté à l'hôpital de Candos à des fins d'autopsie.

Pour rappel, Gervais Frivet a participé une reconstitution des faits mardi, 24 décembre et a indiqué l’endroit où il a enterré sa concubine. Celui qui exerce comme mécanicien, a expliqué qu’il a enterré sa concubine dans sa cour car il n’avait pas les moyens pour le faire au cimetière. Selon lui, c’est vers 3 heures du matin, le 19 décembre, qu’il a inhumé le corps d’Anoushka Pydigadu.

Un médecin qui exerce dans le privé et qui a fait le certificat de décès, a été interrogé dans le cadre de l’enquête. Selon lui, il n’y avait pas de traces visibles de violence sur le corps de la défunte et il a conclu à un arrêt cardiaque.
 

 



Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.