Menu



Société

Vaccination obligatoire à l'île Maurice : Le mouvement My Body My Choice My Voice fait de la résistance


Rédigé par E. Moris le Mardi 8 Juin 2021



Sous prétexte d'une gestion des urgences sanitaires, le Premier ministre mauricien Pravind Jugnauth rend la vaccination obligatoire concernant le secteur de la Santé et de l'Education.

De nouveaux règlements sous la Quarantine Act ont été publiés dans la Government Gazette le 2 juin 2021, visant à autoriser l’accès des crèches, garderies et toutes institutions éducatives comme les écoles maternelles, primaires, secondaires, universités et centres de formation à toute personne qui ont eu au moins une dose de vaccin anti covid-19. Cette mesure entre en vigueur à partir du 21 juin prochain.

L'île Maurice rend obligatoire la vaccination pour le personnel de Santé et de l'Education

Tout individu non-vacciné alors que sa santé le lui permet et qui se trouve dans une institution mentionnée risquera une amende de Rs 500 000 et une peine d’emprisonnement de dépassant pas cinq ans.

Suite à des atteintes intolérables des droits humains, une page a été créée en urgence le 1er Juin 2021 par membres directement concernés par le Regulation of the Quarantine Act 2020 rendant la vaccination obligatoire à Maurice pour un certain nombre de travailleurs et d'étudiants. Rappelant que cette mesure est anticonstitutionnelle car elle oblige au citoyen de recevoir un acte médical sous la contrainte.

La mobilisation s'organise sur les réseaux sociaux pour faire valoir les droits des citoyens pris en otage par des lois scélérates. La page My Body My Choice My Voice permet de conseiller toutes personnes étant en litige avec leur employeur sur la question vaccinale, ou si l'employeur est lui aussi opposé à cette mesure d'obligation vaccinale. Etudiant, ou simple citoyen sont invités à signez une pétition online pour faire entendre leurs voix. A noter que des recours juridiques sont en cours. 
 

Mardi 8 Juin 2021


1.Posté par HolyCrap le 08/06/2021 15:33
Un enseignant qui, ayant refusé la vaccination, attrape le covid puis le transmet à tous ses élèves, dont une dizaine meurt, sera-t-il mis devant ses responsabilités et inculpé d'homicides ? Ce choix, et les risques qu'il fait consciemment prendre à ses élèves, aux autres enseignants, pourraient-il faire de lui un assassin ?
Idem pour le personnel médical qui pourrait assassiner les patients qu'ils sont censés soigner.

2.Posté par Mag le 08/06/2021 17:00
A Maurice les droits de l’homme n’existe absolument pas ,et les droits des enfants encore moins .C’est les Bourges et les riches qui font la loi là-bas et je sais de quoi je parle ……,

3.Posté par Vue AMer le 08/06/2021 22:17
Répondant au post no. 1, la question n'est pas si on doit se vacciner ou pas mais la façon de le faire. Obliger ses citoyens a se vacciner dans des conditions atroces sans leur donner le choix du vaccin démontre l'attitude d'un gouvernement du tiers monde. Pire encore, obliger les gens a signer le formulaire de consentement pour se dédouaner de toutes responsabilités, c'est un acte de bassesse envers le peuple.

4.Posté par Michaël DROUIN le 10/06/2021 02:18
Si vous prenez le vaccin c'est que vous êtes persuadé que ca vous protège contre ce pour quoi les laboratoires pharmaceutiques prétendent il a été concu, n'est-ce pas? Alors, en quoi ca vous dérange que je choisisse de ne pas me faire vacciner, moi, ou encore moins, mes enfants, puisque, selon votre croyance, vous êtes protégé. Si vous croyez tout ce que vous dit votre gouvernement et les laboratoires pharmaceutiques et, par conséquent, leur faites confiance, alors allez-y, faites vous vacciner puisque vous croyez en l'efficacité de ces injections à messager ARN et ficher la paix à ce qui, comme moi, se sont documentés durant plus de deux décénies sur la question. Je respecte le choix de ceux qui souhaitent se faire vacciner et exige en retour le même respect. La tolérence et le respect ne peuvent exister en allant à sens unique seulement. Ils se doivent d'être mutuelle.

Savez-vous que ces soi-disant vaccins n'en sont pas, puisqu'ils ne répondent pas aux critères de ce qui fait un vaccin. On devrait plutôt les appeler: “injections pour modifications génétiques” ou quelques chose de ce genre. Savez-vous qu'ils ont été mis sur le marché mondial (un gros marché bien juteux) à titre expérimental jusqu'à la fin du mois de Janvier 2023. Si cela vous amuse de vous faire cobaye au jeu de la roulette russe, alors, vraiment, allez-y, "protegez-vous" avec du Pfizer, Astra-Zenecca, Moderna ou du Janssen (tous les quatre concu avec la bio-technologie messager à ARN) et laisser en paix ceux qui ne veulent pas et surtout ne peuvent pas penser comme vous parce que, tout simplement, ils ont pris la peine de se documenter longuement sur ces sujets.

Et surtout, arrêter le chantage illégal et criminel à toutes les activités vitales en société. Chantage au travail genre "pas de vaccin pas de boulot", idem pour l'école, l'hopital, les restaurants, les cinémas bref tout ce qui fait la vie des humains en société. Les gens de la secte qui veut vacciner 7 milliards d'humains sur cette planète veulent nous imposer un Passeport Covid pour nous permettre, disent-ils, de vaquer à nos occupations d'antan et de retourner à la normale. C'est comme si je vous enfermais dans une cage et que je vous disais, "sois gentil, donne-moi les codes de ton compte en banque et ensuite tu pourras retourner à la normale". Y-a-t-il des gens dans la salle de Zinfos Moris qui voit le chantage monumental qu'à l'echelle planétaire, l'on nous impose? Ou suis-je le seul?

Je ne me cache pas derrière des pseudos. Mon nom est Michaël Drouin, un fils du sol de l'Île Maurice. Quiconque le souhaite peut me contacter (en Francais, Anglais ou Kréole Morisien) à l'adresse courriel suivante fmdrouin@protonmail.com

Merci de votre attention.

A bas la tyrannie techno-sanitaire
Que vive l'île Maurice de toujours,

J'espère que Zinfos Moris ne censurera pas ce commentaire.

5.Posté par Boobhun Francois le 23/06/2021 13:27
Objet : Votre invitation FORCEE à la vaccination contre la covid-19.

Monsieur le Premier Ministre,

Vous affirmez que les contre-indications à cette vaccination sont rares. C'est en effet plutôt l'avis général des scientifiques. On le dit et on le lit partout.
Je ne parviens pourtant pas à y souscrire : je consulte aussi çà et là des avis d'éminents scientifiques, un peu « en retrait », qui eux invitent à la prudence.
Leur argumentation me paraît sensée et raisonnable. Je retiens entre autres et pêle-mêle les quelques éléments qui suivent :
1) À ce jour, les vaccins contre la covid ont reçu une autorisation conditionnelle de mise sur le marché. La phase actuelle est donc expérimentale. Il reste dès lors des incertitudes au sujet de l'efficacité et de l'innocuité. 2) L'hypothèse d'une modification potentielle du génome humain (par rétrotranscription de l'ARN injecté sous forme d'ADN si j'ai bien compris) – et dont les conséquences sont bien entendu inconnues –, ne peut être formellement écartée.
3) La vaccination elle-même pourrait entraîner l'apparition de souches, de variants plus résistants.
4) Le vaccin vient perturber les processus de l'immunité naturelle, et pourrait provoquer par conséquent des dysfonctionnements importants : anticorps facilitateurs, effets protumoraux...
5) La vaccination n'empêche pas nécessairement de propager le virus même si celui-ci voit son rayon d'action, si je puis dire, diminuer. (...)
Tout cela se discute sur le plan scientifique et je reste perplexe. Il n'y a pour l'instant d'arguments décisifs ni dans un sens ni dans l'autre.
Pour ma part, à ce stade, je ne souhaite en tout cas pas participer à une expérience médicale, d'autant qu'il s'agit de vaccins d'un type révolutionnaire, disons – peut-être portent-ils d'ailleurs de ce fait mal leurs noms : nouvelles thérapies « géniques », voilà qui conviendrait mieux selon certains. J'ai par ailleurs entière confiance en mes capacités immunitaires naturelles.
Rien ne presse jamais sinon le raisonnement et la prudence ! Comme disait Pythagore « En cas de DOUTE, ABSTIENS TOI ! Il me paraît sage en effet d'attendre et de voir comment réagira le métabolisme des personnes vaccinées, qu’elles soient à risque ou non, lorsqu'il sera confronté, à l'agression des virus hivernaux et des infections respiratoires traditionnelles.
Par ailleurs, je dois vous avouer que je ne parviens toujours pas à comprendre pourquoi, si je suis en bonne santé, je devrais « prendre » un vaccin – ou un médicament – à titre préventif, vaccin dont par ailleurs, curieusement, personne ne semble se soucier de la composition exacte (quand même selon certaines sources fiables, outre des métaux lourds, du matériel cellulaire d'embryons avortés...) Où est donc la notice, si je puis dire ?
Autre élément : il est curieux que la vaccination nous soit présentée comme la seule stratégie possible, la seule issue, la panacée, alors que divers traitements ont fini par faire leurs preuves, dans le tâtonnement certes – et fatalement puisque le taux de létalité est « ridiculement » faible en comparaison au nombre total de personnes contaminées et hospitalisées. Personne n'a jamais surpris de gens tomber morts dans la rue par grappes entières.

Enfin, je ne me suis jamais vacciné contre la grippe et je ne vois dès lors pas bien la raison objective de me vacciner contre la covid, qui, même si elle peut faire des dégâts comme toute maladie, semble finalement n'être rien d'autre qu'une infection pulmonaire atypique. Je perçois d'autant moins cette raison que certaines années de grippe saisonnières se sont avérées plus meurtrières – sans que l'on ait songé à l'époque un seul instant à nous imposer le sort qui est le nôtre aujourd'hui. (...)
Pour conclure, le choix est donc difficile. Mais entre les risques éventuels liés au virus et les risques éventuels liés au vaccin, je préfère aujourd'hui assumer les premiers. Je fais confiance à mon « terrain », ce terrain qui est tout, comme vous le savez, et qu'il convient d'entretenir (les méthodes naturelles de prévention sont nombreuses).
Après tout, la vie est une imprudence...
Je pourrais bien entendu revoir ma position dès maintenant si un vrai débat public voyait enfin le jour, qui oppose sereinement les arguments des uns et des autres, et me permettait de « trancher » en toute connaissance de cause, et donc de donner le cas échéant mon consentement, qui serait alors enfin vraiment éclairé, à la vaccination que vous me proposez.
Un dernier mot... mais c'est un autre débat : il faudrait aussi, cela me paraît logique, pour me décider une fois pour toutes, que j'obtienne la garantie formelle de l’ETAT que je serais en droit de vous poursuivre, si mon état venait à s’aggraver ou se détériorer après la vaccination. Or à ce stade de la vaccination, à travers de votre consent forme mis en place, vous vous dédouaner complètement de votre responsabilité.
Je crains que nous n'allions dans une direction ou un « laissez-passer », en préparation, était imposé qui non seulement officialiserait la ségrégation médicale mais encore pourrait ouvrir la voie à une espèce d'incitation à la haine médicale – des mots que je pèse –, déjà parfois à l'œuvre dans la rue ou sur le seuil des magasins quand les gens s'empoignent sur le sujet...
Je finis par penser que trop peu, dans les milieux médical et politique certainement, prennent assez la juste mesure des lézardes, toujours plus profondes, qui fissurent la conception traditionnelle du vivant.
Permettez-moi : l'homme qui se profile est un homme médicalisé et numérisé. C'est donc un homme artificiel : atone, sans souffle ni pulsion... Je n'aime pas cet homme.
En vous remerciant vivement de votre attention, je vous prie d'agréer,
Monsieur le Premier Ministre, l'expression de ma parfaite considération.

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.