Menu


Politique

Vacances parlementaires à l'horizon : Sursis pour le couple Jugnauth dans l'affaire Angus Road


Rédigé par E. Moris le Mardi 1 Décembre 2020

Le maître des horloges, Pravind Jugnauth pourrait faire de sorte d’en finir avec les travaux parlementaires lors des deux prochaines séances et éviter une Private Notice Question sur l’affaire Angus Road. ​



L'avenir du pays se résume t-il à uniquement sauver la peau du Premier ministre? La Rédaction de Zinfos Moris, s'est interrogée sur le sujet le 24 novembre dernier, à la suite des petites et grandes manoeuvres du Speaker au sein de l'assemblée pour venir en aide à Pravind Jugnauth, dont l'affaire Angus Road plombe sérieusement son premier mandat. 

« La loi doit être la même pour tout le monde », a déclaré le leader de l’opposition, Arvin Boolell, sur l’affaire Angus Road. Pourtant, le Speaker Sooroojdev Phokeer, aurait une autre notion de la démocratie.

Affaire Angus Road : Pravind Jugnauth rattrapé par ses mensonges

L'expulsion de Arvin Boolell est un exemple que quelque chose de très grave se déroule sous les tropiques. Un à un, le gouvernement fait taire la voix du peuple en multipliant les expulsions de l'opposition. Les députés du PMSD, Patrice Armance, Shakeel Mohamed ou encore Bagwhan ont été suspendus sous des prétextes fallacieux. 

En cette période de crise, les vacances parlementaires sont considérées comme une insulte par la population

Pas de séance parlementaire ce mardi 1er décembre. Raison : la visite du président des Seychelles, Wavel Ramkalawan, à Maurice. C’est ce qui fait que le Parlement a été ajourné au jeudi 3 décembre.

Rappelons que ce n'est que le mardi que le leader de l’opposition peut poser une Private Notice Question. Combien de séances sont prévues avant les grandes vacances ? Quelles sont les chances pour le leader de l’opposition et le whip de l’opposition de retourner au Parlement avant la fin de 2020 ? Pour Shakeel Mohamed aucune chance. Il n’est pas prêt de revoir les quatre murs de l’Assemblée nationale cette année.
 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.