Santé

[VIH/sida] PILS tire la sonnette d'alarme : 191 nouveaux cas enregistrés de janvier à juin 2018

Jeudi 27 Septembre 2018

Nicolas Ritter, directeur exécutif de l’association Prévention, information, lutte contre le Sida (Pils), intervenait dans le cadre de la publication de trois rapports : le Legal Environment Assessment, le Integrated Biological and Behavioral Survey Transgender et le People Living with HIV Stigma Index.


Le nombre de personnes atteintes du VIH-Sida cette année-ci sera de plus de 380. C’est «le taux le plus fort depuis 2012» pour une population de 1,2 millions d'habitants.

191 nouveaux cas de VIH/sida ont été enregistrés de janvier à juin 2018 informe le directeur de Prévention Information Lutte contre le Sida (Pils).
 
Nicolas Ritter a également dévoilé les conclusions de trois rapports, portant sur la stigmatisation, la discrimination ou encore la situation des transgenres à Maurice.

L’épidémie et le nombre de décès lié au VIH/sida ne cessent d’augmenter, selon Nicolas Ritter qui lance un appel au Premier ministre pour le lancement, au plus vite possible, du National Drug and HIV Council annoncé depuis le début de l’année.

Les membres de Pils rencontreront le ministre de la Santé et les officiers de l’AIDS Unit afin de discuter de ce problème.

Une demande a été faite à l'Attorney General, Maneesh Gobin, présent pour l'amendement du Public Health Act, afin de permettre aux personnes atteintes de VIH de garder l'anonymat.

Egalement sur le tapis, une loi afin d'abroger l'interdiction aux non-mauriciens séropositifs de s'installer à Maurice.

Le prochain colloque VIH/sida océan Indien se tiendra à Maurice en novembre prochain.

Cliquez sur le lien pour des informations supplémentaires :

http://pils.mu/publication-du-legal-environment-assessment-lea-le-people-living-hiv-stigma-index-et-le-integrated-biological-behavioral-survey-transgender-ibbs-transgre/

Rédigé par E. Moris le Jeudi 27 Septembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.