Menu

Faits Divers

Une perquisition policière, chez le Tiktokeur Ameen Mustan fait polémique


Rédigé par E. Moris le Samedi 15 Octobre 2022

Les images ont fait le tour de l'île sur les réseaux sociaux. On voit des individus, apparemment des policiers, débarquer dans une maison. Ils ont escaladé le mur et ont aspergé le chien d'une substance, qui serait de l'eau, afin qu'il s'éloigne.



La vidéo provient d'une caméra de surveillance que le Tiktokeur Ameen Mustan a fait diffuser. C'est chez lui, à Vacoas, que les policiers ont débarqué jeudi soir, en son absence. Il était à l'anniversaire du chanteur Bigg Frankii. Il soutient qu'il y a plusieurs live qu'il a faits qui peuvent prouver où il était. Le problème, c'est que, selon Ameen Mustan, il n'y avait personne chez lui lors de la perquisition.

Il soutient qu'après être entré chez lui, les policiers l'ont appelé pour lui demander de se présenter le lendemain (vendredi) matin au poste de police de Rose-Hill. Il a répondu à la convocation, accompagné de Me Yash Bhadain. Certes, il a été autorisé à rentrer chez lui. D'autant que rien de compromettant n'a été trouvé. Ameen Mustan déplore le fait que son chien a été agressé par les policiers. Son avocat soutient qu'il a demandé à voir le mandat de perquisition mais les policiers ne le lui ont pas montré. « Ils ont dit qu'il n’était pas disponible », a déclaré Me Yash Bhadain. En tout cas, Ameen Mustan va loger une plainte auprès de l’Independent  Police Complaints Commission.

«Je ne fais qu'aider les gens », affirme Ameen Mustan 

Le Tiktokeur, chez qui une perquisition a eu lieu jeudi soir, s'est évidemment exprimé sur les réseaux sociaux. Il a déclaré que c'est un live sur TikTok sur les cryptomonnaies qui serait à l'origine de la perquisition à son domicile. Lui soutient qu'il ne veut que conseiller les gens. « Je suis un spécialiste de cryptomonnaies. J'ai utilisé TikTok pour ouvrir un chemin aux jeunes. Je veux montrer aux gens comment investir dans les cryptomonnaies », a-t-il déclaré. Ameen Mustan soutient qu'il ne voulait que venir en aide à la classe la plus défavorisée.

Samedi 15 Octobre 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.