Menu


Politique

Une nouvelle élection ou une partielle ?


Rédigé par E. Moris le Lundi 18 Novembre 2019



Il est utile de préciser que l’action de Preetam Seewoochurn concerne l’élection de Collendavelloo et non tout le scrutin. À Maurice, il n’y a pas eu de tentative jusqu’ici de réclamer l’invalidation d’un scrutin.

Il faut aussi souligner que lorsqu’une élection est invalidée, une partielle est tenue dans la circonscription concernée. Ce qui fait qu’une personne qui est à l’origine d’une pétition électorale ne bénéficie généralement pas directement des dividendes d’une telle décision par la justice.

Une première pétition électorale...réclamant l'invalidation de l'élection de Ivan Collendavelloo

Dans le cadre d’une partielle, les données changent. Par exemple, le travailliste Raj Ringadoo qui avait entrepris les démarches pour faire invalider l’élection d’Ashock Jugnauth ne fut pas candidat à la partielle de 2009. Les rouges soutinrent Pravind Jugnauth qui sortit victorieux. Cela déboucha sur l’alliance PTr-MSM-PMSD de 2010..

Ce qui fait que si la démarche de Preetam Seewoochurn est couronnée de succès, difficile de penser que le Reform Party fera élire un représentant au no 19. Mais en revanche, une partielle peut entraîner des bouleversements et des alliances. Peut-être est-ce cela l’intention du Reform Party… avec, certainement, le plaisir d’emmerder Ivan Collendavelloo !


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.