Menu



Politique

Une blague qui s'est transformée en un scénario digne d’un mauvais film


Rédigé par E. Moris le Jeudi 17 Juin 2021



Depuis longtemps déjà nous le savons : ils ne sont pas bons ; ils sont continuellement détestables depuis des mois. Quand ils ne sont pas en vacances parlementaires, c'est au sein de l'assemblée nationale ou dans l'arrière cantine cinq étoiles d'une grande cheffe, que se joue la récréation. Insultes, bassesse et coups bas.

Pourtant face à la gravité de la situation, l’union nationale devrait primer sur toutes autres considérations et resserrer les rangs. Malheureusement c'est un tout autre spectacle qui se joue sous le regard voyeur des internautes, avec un casting de choix : les sales mômes de la République.

Lors de son discours dans les débats budgétaires hier, la ministre Kalpana Koonjoo-Shah, avait lancé les hostilités, insultant sans grande retenue les membres de l’opposition qui sont ‘silly and stupid’ . Des provocations une nouvelle fois appuyées avec la complicité du Speaker de l'assemblé e.

Ce jeudi, alors que l'affaire Betamax monopolise l'actualité après une déculottée du judiciaire, le député rouge, Shakeel Mohamed a eu la très bonne ou mauvaise idée de procéder, humoristiquement à une collecte de fonds, dans le lunch room de l’Assemblée nationale. Cela, en vue de faire une blague sur l’argent que l’État doit payer dans l’affaire Betamax, devenue la casse du siècle.

Opinion : Jagutpal et ses conneries

Il est passé de table en table, arrachant des sourires et des rires. Sauf que mal lui en a pris en s'approchant de la table des élus de la majorité, pour cette «contribution». Si certains ont joué le jeu, d'autres comme le ministre Bobby Hurreeram, connu pour ses coups de sang, qui lui ont valu une hospitalisation forcée pour surmenage, est sorti de ses gonds. Il s’en est pris à Shakeel Mohamed avec la virulence qu'on lui connait.

Le ministre Kailesh Jagutpal n'a pas été en reste, et ses camarades de coudée, Ashley Ittoo et Anjiv Anjiv Ramdhany, secrétaire parlementaire privé (PPS), non plus. Après cette altercation bourrée de testostérones, Shakeel Mohamed a consigné une déposition au poste de police de l’Assemblée nationale, puis s'est expliqué sur les circonstances entourant ce dérapage. Chacun pensait que l'affaire était clos....

Mais c'est sans compter la prouesse des membres du gouvernement d'animer en milieu de soirée un point de presse à la Government House, pour donner leur version. Prompt à dégainer, le ministre des Infrastructures publiques, Bobby Hurreeram a confirmé malgré ses petits cris indignés, que ce genre d’incident était lié à un «joke ». Pour lui, Shakeel Mohamed était dans la provocation et il lui aurait balancé : « ki sa sinema-la sa ? al asiz dan ou plas ou fer bien». Bobby Hurreeram a annoncé par ailleurs que le dossier soit référé au Directeur des Poursuites Publiques (DPP) pour qu'il puisse prendre des mesures. N'oublions pas que Bobby Hurreeram aurait également fait de graves allusions au passé judiciaire de Shakeel Mohamed. Les mots « armes » et « sang sur les mains » ont été prononcés.

Le ministre de la Santé Kailesh Jagutpal a, pour sa part, affirmé que Shakeel Mohamed « inn vinn fer sa par ekspre » et que c'est un homme « dangereux, frustré et psychopathe ». 

En attendant, la cote de popularité du Premier ministre dégringole et ses ministres lui savonne la planche, tout en détournant l'attention sur les enjeux du pays.
 

Jeudi 17 Juin 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.