Menu



Société

Un nouveau cas de négligence criminelle en milieu hospitalier des patients dialysés à l'île Maurice


Rédigé par E. Moris le Samedi 1 Mai 2021



A Maurice, la «mise en danger de la vie d'autrui par violation manifestement délibérée d'une obligation réglementaire de sécurité ou de prudence» est caractérisée dans le cas de ces patients dialysés et contaminés en milieu hospitalier.

Les témoignages affluent, ceci alors que le ministre de la Santé Kailesh Jagutpal a annoncé un Fact-Finding Committee concernant les 11 patients dialysés décédés dans le cluster de l'hôpital de Souillac, et donc 4 ont été attribués à la Covid-19. 

Qui a eu l'imbécile idée d'envoyer des dialysés en quarantaine ?

C’est l’ancienne juge Deviyanee Beesoondoyal qui a été choisie par le Conseil des ministres pour présider le fact-finding committee. Elle sera épaulée par deux assesseurs, le Dr P. Chitson et le Dr S. Mareeachalee.

Alors que Kailesh Jagutpal n'a cessé d'expliquer à qui veut l'entendre et sur tous les tons au Parlement comme sur les plateformes d'actualité, pourquoi il n’était pas nécessaire d’enquêter sur la mort de ces patients dialysés, cette décision du conseil des ministres est un sacré revers politique.

Jeudi 29 avril, testée positive à la Covid-19, une habitante de Tyack se retrouve être la douzième victime dialysée dans l'établissement du Sud, à la suite de son traitement.

 Cette dame âgée de 63 ans laisse derrière elle ses quatre enfants âgés entre 33 et 43 ans. En un mois, la Santé a enregistré 12 décès de patients dialysés au sein de l'hôpital de Souillac. Selon les témoignages de ces proches, leur mère était en dialyse depuis près de quatre ans, jusqu'à sa mise en quarantaine à l'hôtel Tamassa, où les choses sont compliquées pour elle.

L'alimentation était inappropriée sans compter son état de grande détresse lorsqu'elle a été transférée pour ses traitements à l’hôpital Jawaharlal Nehru à Rose-Belle pour la dialyse.

Annoncée positive à la Covid-19 le 3 avril, sa mère était considérée "guérie" quatorze jours plus tard, avec un test négatif mais n’a pas pu faire sa dialyse ce jour là, et dans les dix jours suivants. Mardi, elle est transportée à l’hôpital de Rose-Belle et le lendemain, la famille va apprendre son décès.

Pour la famille de la 12e patiente dialysée décédée, il ne fait aucun doute que c'est du à la négligence médicale : « Avant d’aller en quarantaine, ma mère pouvait faire sa dialyse sans problème. C’est à partir de son séjour en quarantaine que tout s’est détérioré. »



 

Samedi 1 Mai 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.