Menu



Faits Divers

Un haut gradé de la police ciblé dans une enquête


Rédigé par E. Moris le Samedi 18 Septembre 2021



C’est comme dirait Jacques Brel, une valse à trois temps. D’abord, la police a chopé le Dr Divish Soobhug la main remplie de psychotropes et les poches pleines d’ordonnances fictives.

Puis, suite aux révélations du médecin, une enquête a été initiée sur plusieurs pharmacies, opérant un trafic présumé de psychotropes, appartenant à des membres d’une même famille. Voilà maintenant qu’un haut gradé a été dénoncé par un des propriétaires d’une des pharmacies en question. Il avait consigné une precautionary measure dans laquelle il disait que le haut gradé de police, qui est en passant son beau-père, avait menacé de « le faire tomber » en mettant de la drogue dans sa pharmacie.

C’était, il y a deux mois. Le propriétaire joue sur cet aspect pour se sortir d’affaire ! À l’époque, il était en instance de divorce avec la fille du haut gradé. Notons que la famille propriétaire de toutes ces pharmacies avait déjà été citée dans le rapport de la commission d’enquête sur la drogue présidée par sir Maurice Rault en 1987. Notons aussi que le Dr Divish Soobhug revient sur ses confessions. Il soutient qu’il n’a jamais détenu des psychotropes et des fausses ordonnances. Son père soutient qu’il est « victime d’un piège ».

Samedi 18 Septembre 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.