Menu


Société

Un élu utilise ses indemnités pour offrir un masque à chaque habitant...et non, ça ne se passe pas à Maurice


Rédigé par E. Moris le Mardi 12 Mai 2020

Un élu d'une commune du Calvados en France, a renoncé à sa rémunération pour acheter 700 masques à ses administrés.



Thierry Dubosq, le "futur" maire des Subles, actuellement adjoint au maire, a utilisé sa rémunération pour acheter 700 masques. Il sera dans quelques semaines le maire de la commune de Subles (Calvados) mais, en attendant, le futur maire de cette commune du Bessin a provoqué un élan collectif.

Comme le rapporte France 3 Normandie, Thierry Dubosq, actuellement adjoint au maire et tête de liste aux dernières élections municipales, n'a pas longtemps hésité de "rétrocéder", dit-il, ses indemnités aux 693 habitants de la commune, afin de confectionner des masques. 

"Nous étions un peu coincés. Notre commune est plutôt ouvrière. Tout le monde n'a peut-être pas les moyens d'acheter un masque pour toute la famille. Et nous, nous n'avions pas forcément le budget pour en offrir un à chacun", a-t-il relaté à France 3. 

Thierry Dubosq, qui touche environ 350 euros par mois d'indemnités en tant qu'élu, s'est servi de celles de mars, d'avril et de mai pour acheter la matière première trouvée grâce à son carnet d'adresses.

"J'ai considéré que mon activité d'élu avait été très limitée ces trois derniers mois, compte tenu du contexte. Comme, dans le même temps, les dotations de l'Etat aux communes sont plutôt réduites, il m'a semblé normal de redonner mes indemnités plutôt que de tirer sur le budget municipal", a-t-il expliqué au Parisien. "Trois mois, c'est environ 1000 euros en tout. Ils ont permis d'acheter toute la matière première, notamment le tissu", a-t-il ajouté 

A Maurice, le chef du gouvernement, Pravind Jugnauth, très absent dans la crise du Covid-19, n'hésite pas à demander à tout le monde de faire des «sacrifices», alors que les élus bénéficient de salaires et  allocations indécents en cette période de crise. Leur contribution au fond de solidarité est une insulte aux Mauriciens.

Maneesh Gobin, le Part Time Attorney General démontre pour sa part que le ridicule ne tue pas en déclarant : « Bizin marye pike pou tir pei dan sitiasion ekonomik ki li ete. Si pa fer sa, nou pou tom dan presipis ». La messe est dite !


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.