Faits Divers

Un demi millions de cash,150 paires de chaussures de marque, Rs 400 000 de bijoux chez un maçon

Mardi 18 Juin 2019

Plusieurs opérations ont été menés hier mardi 18 juin, à Pailles, à Roche-Bois, Ste-Croix et dans la région d’Albion, afin de démanteler un réseau de blanchiment d’argent lié au trafic de drogue.

Les enquêteurs de l’Independent Commission Against Corruption (Icac) assistés de plusieurs unités de la force policière assistées par des éléments du Groupe d'intervention de la police mauricienne (GIPM) ont interpellé six suspects :  Brian Labonne, Gael Piron, Niven Thondee, Ashley Rose, Michaella Piron et Hansley Mootoosamy. Ils sont tous soupçonnés de blanchiment d’argent et de faire partie d'un réseau dont le commanditaire se ferait appelé "Businessman".

Les enquêteurs ont également fait une perquisition dans la résidence luxueuse d'un aide-maçon. A l'intérieur de la villa, les enquêteurs de l’Icac ont retrouvé quelque 150 paires de chaussures de marque et de vêtements griffés, plus de Rs 400 000 de bijoux et environ Rs 500 000 en argent liquide ainsi que plusieurs voitures.

Pour rappel, après la saisie des biens du trafiquant présumé Ricardo Agathe (en cellule policière depuis avril dernier), épouse Christina Agathe a été interpellée. 

Elle a comparu en cour de Pamplemousses hier et une charge de blanchiment d’argent a été retenue contre elle sous la Financial Intelligence and Anti Money Laundering Act. La cour a accepté de lui accorder la liberté conditionnelle contre une caution de Rs 900 000 et une reconnaissance de dette de Rs 3 millions. Mais n’ayant pu trouver la somme requise hier, elle est retournée en cellule policière. Sa liberté conditionnelle implique un couvre-feu de 21 heures à 4 heures du matin. Elle doit aussi se présenter au poste de police le plus proche de son domicile deux fois par jour.







 

Rédigé par E. Moris le Mardi 18 Juin 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.