Politique

Un congrès travailliste sous le signe de la rupture

Vendredi 10 Août 2018

Après trois mois d'absence sur le terrain, le Parti travailliste a repris sa série de congrès nocturnes. Un peu comme les conteurs d'autrefois qui se déplaçaient de village en village pour le plaisir des petits et des grands. Entre silence respectueux, critiques à l'égard du gouvernement et salve d'applaudissements; les militants emmitouflés dans leur petite laine avaient bravé la pluie et froid.


Un congrès travailliste sous le signe de la rupture
Un congrès nocturne en plein hiver austral dans la circonscription de Roubina Jadoo-Jaunboccus vendredi soir a été organisé par le Parti travailliste.

L'absence du chef de file Shakeel Mohamed a été remarquée. Hospitalisé il n'a pu se rendre à cette réunion. Youssouf Mohamed a comme cliente Roubina Jaddoo-Jaunboccus, la cible du parti travailliste et semble embarrasser au plus haut point les militants rouges.

C'est à la rue St Denis que les rouges ont donc donné rendez-vous à leurs partisans. Navin Ramgoolam et les députés ont pris la parole pour fustiger le gouvernement et n'a pas manqué de tacler l'ancienne ministre et exiger sa démission en tant que député.

Roubina Jadoo-Jaunboccus a dû démissionner de son poste de ministre de l'Egalité du genre à la suite de la publication du rapport de la Commission d'enquête sur la drogue, elle est toujours députée du MSM de la circonscription no 2 (Port-Louis-Sud-Port-Louis-Centre). Elle est l'un des trois élus lors des législatives de décembre 2014.

«Elle a le droit de réclamer une Judicial Review. Mais elle doit également avoir le courage de démissionner»

Le leader rouge s'est flatté de ne voir aucun membre du PTr cité dans le rapport Lam Shang Leen. 
Il a revendiqué les arrestations des barons de la drogue lorsqu'il était au pouvoir en donnant comme exemple, Gro Derek, Peroomal Veeren, Sada Curpen.

Avec une certaine nostalgie, il s'est flatté de la mise en installation des caméras sur le port, introduit la méthadone en mettant l'emphase sur son bilan positif lorsqu'il était à la tête du pays.

Il estime qu'il n'y aura aucune sanction avec un comité ministériel présidé par le Premier ministre Pravind Jugnauth pour examiner les recommandations faites par l'ex-juge Paul Lam Shang Leen (PLSL). «Nanyé pa pou arivé.»

Selon lui, il ne fait aucune doute que la campagne électorale du MSM en 2014 a été financée par la drogue. 

L'ancien ministre travailliste Mahen Gowreesoo en a aussi pris pour son grade et donne l'occasion aux journalistes de mener leur investigation : «Pourquoi il détient le monopole de l'exportation de la ferraille ?»

Raouf Gulbul n'a pas échappé aux critiques de Navin Ramgoolam, proche du MSM et mentionné dans le rapport. Raouf Gulbul était candidat dans la circonscription n°3.

" Inn gagn Rs 9,7 millions dan sak gouni."

Ce dernier a été nommé à la présidence de la Gambling Regulatory Authority. Le leader rouge a fait référence aux sept licences obtenues par l'ancien membre du parti travailliste Sandya Bhoygah. A qui, Navin Ramgoolam rappelle qu'il avait enlevé ses permis d’opération pour des maisons de jeux. celle la même Sandya Bhoygah qui avait écrit une lettre avec «you are my god».

Le leader du Parti Travailliste (PTr) la rancune tenace a également mis en garde ses détracteurs :

«Je n'oublierai jamais ceux qui ont été à l'origine de mon arrestation». Tou seki fer mwa ditor pou grener kouma zamalak». 

A la fin de ce long discours de plus d'une demi-heure, Navin Ramgoolam a promis une politique de rupture s'il revient au pouvoir.

«Peut-être que je devais traverser par cette période, tout comme le PTr. Quand je dis rupture avec le passé, c'est rupture avec le passé !» 






 

Rédigé par E. Moris le Vendredi 10 Août 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.