Politique

Un bain purificateur pour Pravind Jugnauth

Mardi 8 Janvier 2019

Photo illustration
Photo illustration
C’est dans un endroit considéré comme sacré, le Triveni Sangam de Prayagraj, dans  la ville d’Allahabad, que Pravind Jugnauth pourrait prendre un bain purificateur le 24 janvier.

Le Triveni Sangam est la confluence de trois fleuves, deux réels (le Ganges et le Yamuna) et l’un mythique (le Saraswati). D’où le fort symbolisme associé au lieu !

D’autant que ce bain supposé purifier le Premier ministre mauricien aura lieu durant le pèlerinage de Kumbh Mela, qui est l’un des plus grands rassemblements religieux en Inde.

Des millions de personnes, dont beaucoup de religieux et de mystiques, vont affluer dans le village d’Allahabad du 15 janvier au 4 mars.

Ce bain, Pravind Jugnauth le prendra probablement aux côtés de son homologue indien, Narendra Modi.

Le chef du gouvernement mauricien sera en mission officielle en Inde du du 19 au 27 janvier prochain. Selon une partie de la presse indienne, il sera l’invité d’honneur aux célébrations de la Republic Day en Inde. Cette fête est célébrée le 26 janvier. Elle est distincte de l’Independence Day, célébré elle le 15 août.

Mais selon d’autres médias indiens, c’est Cyril Ramaphosa, le président sud-africain, qui sera l’invité d’honneur. Le chef du gouvernement mauricien sera en tout cas l’invité d’honneur de la 15e édition de la Pravasi Bharatiya Divas Convention, prévue du 21 au 23 janvier. Il s’adressera à l’assistance le 22 à Varanasi (anciennement Bénares), dans l’État d’Uttar Pradesh, où l’événement est organisé.

Par la suite, Pravind Jugnauth se rendra à Prayagraj. Puis, il se rendra dans le district de Ballia, toujours dans l’État d’Uttar Pradesh, pour visiter le village de ses ancêtres et rencontrer les personnes ayant un lointain lien de parenté avec lui. Ensuite, il se dirigera vers New Delhi pour les célébrations officielles de la Republic Day.

Rédigé par E. Moris le Mardi 8 Janvier 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.