Menu


Politique

Un Ganoo agacé, brouillon dans ses réponses face à la polémique


Rédigé par E. Moris le Lundi 24 Février 2020



Une personne devait rire sous cape ce matin. C’est Nando Bodha, en voyant celui qui lui a succédé au ministère des Infrastructures publiques (rebaptisé pour l’occasion) se dépatouiller de la polémique suivant le décès d’un motocycliste percuté mortellement par une rame du métro dimanche. 

Deux éléments importants sont ressortis de la Private Notice Question. D’abord, Alan Ganoo a justifié la décision de Metro Express Ltd de résilier le contrat de la firme ITALCertifier, qui devait émettre le certificat de sécurité concernant le métro. Il a indiqué que la société voulait modifier le contrat initial, ce qui fait qu’après consultation avec l’Attorney General Office, il a été décidé de faire appel à une autre société pour émettre ledit certificat. Cependant, Alan Ganoo s’est dit prêt à déposer le document sur la table de l’Assemblée nationale. 

Autre élément important : Alan Ganoo a indiqué qu’il n’est en possession que d'un seul plan concernant le projet Metro Express. Cela, alors qu’il y a deux projets : l’un piloté par le PTr où dans les villes les rames devaient passer pilotis et l’autre, piloté par le gouvernement MSM, où les rames passent sur la route dans les centres-villes. 

Alan Ganoo a aussi insisté sur les campagnes de sensibilisation menées par Metro Express Ltd. Il a indiqué que la cause de l’accident n’a toujours pas été établie et qu’une enquête a été initiée. Mais, a-t-il souligné, selon les images des caméras CCTV, les feux étaient au rouge au moment de l’accident.

 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.