Menu



Un autre regard

Tromelin : l'histoire des esclaves abandonnés sur une île déserte expliquée par le youtubeur Fabien Olicard


Rédigé par E. Moris le Dimanche 19 Septembre 2021



Le Youtubeur et mentaliste français Fabien Olicard propose dans une courte vidéo, l'histoire incroyable des esclaves abandonnés par des marins français après un naufrage en 1761.

Ces esclaves malgaches ont survécu pendant 15 ans sur le minuscule îlot de Tromelin, dans l'océan Indien. Leur passé ressurgit sur cette poussière d'1 km2 située entre Madagascar et La Réunion qui s'appelait jadis "l'île de Sable". 

Dans la nuit du 31 juillet 1761, l'Utile, un navire de la Compagnie française des Indes parti de Bayonne, se fracasse sur cet îlot minuscule, mal indiqué sur les cartes de l'époque. A son bord : des vivres (du riz, du bœuf, du zébu…), 140 marins français et 160 captifs embarqués illégalement à Madagascar. Nage qui peut. Ils sont environ 210, dont 80 esclaves, à regagner le rivage. Les autres périront noyés. Ils récupèrent alors tout ce qui peut l'être : nourriture, matériaux…

Tromelin, une île devenue prison

Comme le rapporte à l'époque l'écrivain de l'Utile, s'en suit une course effrénée pour trouver de l'eau. Un premier puits est creusé en vain. La deuxième tentative sera la bonne. Pendant deux mois, Malgaches et Français s'attèlent à la construction d'un nouveau bateau. Mais il s'avère trop petit pour embarquer tout le monde. Les Blancs quittent alors Tromelin, en promettant aux naufragés noirs de revenir les chercher. Une promesse qui ne sera pas tenue avant le 29 novembre 1776...

A 500 km de toute terre, comment ces Malgaches, devenus symboles de la traite négrière illégale dans l'océan Indien, ont-ils survécu sur cet îlot désert, hostile et balayé par les vents ? 

Crédit vidéo : Fabien Olicard


Dimanche 19 Septembre 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.