Menu


Politique

Traitée d'opportuniste, la PPS, Tania Diolle fait arrêter une internaute


Rédigé par E. Moris le Jeudi 23 Juillet 2020



Le couple Ruhomaully, connu pour être des partisans de "la vérité qui dérange", ont eu droit vers 6h30 ce matin, à la visite musclée des officiers de la CCID. Cette arrestation ferait suite à une plainte déposée par la député Tania Diolle, candidate battue lors des dernières législatives, repêchée grâce au « Best Loser System » et ex membre du Mouvement Patriotique.

Qualifiée d'opportuniste par Fariha Ruhomally, la parlementaire s'est sentie offensée.

Tanio Diolle, surnommée "Baby Doll" ou T18, référence à la plaque d'immatriculation de sa berline payée aux frais de l'Etat et des contribuables, a été propulsée dans l'arène politique grâce à son "mentor", Alan Ganoo. Ce qui a donné lieu à des déclarations d'une bêtise consternante de sa part sur les réseaux sociaux :"Il est vrai qu'Alan Ganoo s'énerve rarement mais quand il le fait la terre tremble".
 
Après avoir trahi les militants et les membres du parti, cette petite phrase d'une rare stupidité, a déclenché un déferlement de commentaires.

La candidate battue à la partielle du no. 18 (Belle-Rose/Quatre Bornes), qui avait pris la sixième place lors de ce scrutin remporté par le candidat travailliste, Arvin Boolell, affirmait qu’elle ne trouvait aucune raison valable de quitter le parti d’Alan Ganoo à la veille des élections générales.

L'inconstance politique de Alan Ganoo est dénoncée après sa volte-face politique qui est entrée dans l'histoire comme le recordman des girouettes politiques, aidé et activement soutenu par sa protégée Tania Diolle.

Pour rappel, la décision de Alan Ganoo lors d’une réunion de son bureau national était de conclure une alliance avec le PTr, sauf que, quelques heures plus tard, Alan Ganoo a indiqué qu’il se dissocie de cette décision et qu’il a décidé, de son côté, de soutenir le MSM avec sa "partenaire" politique Tania Diolle. 

C'est de notoriété publique que Alan Ganoo, le député de la circonscription du numéro 14 (Savanne/Rivière-Noire), a beaucoup critiqué l’actuel gouvernement ainsi que sa partenaire Tania Diolle.

Considérés comme des 
"traîtres", les langues se sont déliées depuis le retournement de veste. D'ailleurs ses anciens colistiers n'ont pas hésité à dévoiler les caprices de la petite "protégée" de Alan Ganoo

Marchandage politique 

Un poste ministériel pour Alan Ganoo et pour Tania Diolle un ticket électoral dans la circonscription No 18 où elle avait mordu la poussière aux élections partielles de 2017. Deux intermédiaires ont joué un rôle prépondérant dans ce marchandage politique, l'obscure et omniprésent, conseiller du Premier ministre Ken Arian et l'incontournable hommes d'affaires Rakesh Gooljaury.

Scandale de la Centrale Saint-Louis et les accusations de Tania Diolle contre Bérenger

Le 27 juin, le leader du MMM, Paul Bérenger n'avait pas caché sa colère et son dégoût par la « campagne infecte et communale » du gouvernement à son encontre dans le cadre de l’affaire de la Centrale St Louis.

Son nom cité par le Premier ministre et l'ancien ministre Ivan Collendavelloo, il est tombé à bras raccourcis sur la PPS Tania Diolle qui, dit-il, symbolise cette campagne visant à l’associer au scandale parce que Bertrand Lagesse est impliqué. 

Tania Diolle  aurait déclaré sur une radio pro-gouvernementale que Bertrand Lagesse est le beau-frère du leader du MMM. « Tout le monde sait que mon défunt beau-frère, le mari de ma sœur, était Patrice Lagesse, un avoué dont l’honnêteté ne peut être questionnée. On vient salir sa mémoire. C’est infecte ce que le MSM a fait », a déclaré Paul Bérenger. Concernant Bertrand Lagesse, Paul Bérenger a affirmé ne l’avoir rencontré qu’une seule fois à un mariage. C’était, selon lui, il y a 20 à 25 ans de cela.

Lire également :
L'île Maurice, un pays où il ne fait pas bon vivre


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.