Menu


Faits Divers

Trafic de drogue à Maurice : La recruteuse des mules Zimbabwéennes assassinée dans une chambre d'hôtel en Chine


Rédigé par E. Moris le Jeudi 19 Décembre 2019



Quatre ressortissantes du Zimbabwe avaient débarqué à Maurice le 9 novembre à bord du vol MK 852 en provenance d’Afrique du Sud.

Deux sont serveuses, une est étudiante et la dernière coiffeuse. Elles devaient toutes résider à Pointe aux Sables.

L'île Maurice : Nouvel itinéraire pour les narcos

Elles avaient pris le Green Channel, mais leur comportement a paru suspect aux officiers de l’unité antidrogue de la douane. Ces derniers ont invité les quatre Zimbabwéennes à soumettre leurs bagages à une fouille. Celle-ci n’a rien donné. Mais lors de leur interrogatoire, l’une des ressortissantes du Zimbabwe a indiqué qu’elle transportait de la drogue dans son estomac.

Le quatuor avait été confié à la brigade antidrogue. Elles ont été admises à l’hôpital où elles ont finalement purgé un total de 125 boulettes d’héroïne, valant Rs 22 millions.

Rebondissement dans l'affaire, alors que les ressortissantes Zimbabwéennes font face à une peine d'emprisonnement de 20 ans pour trafic de drogue.

Selon le journal en ligne i-Harare, dans un article publié le 17 décembre dernier, Blessings Tafadzwa Marufu, une Zimbabwéenne, soupçonnée d’avoir recrutée les quatre mules, a été assassinée cette semaine dans sa chambre d’hôtel en Chine.

Retrouvée morte dans sa chambre d'hôtel.

La victime a été découverte morte par des valets des chambres. Ces derniers ont pénétré dans la chambre d’hôtel après avoir constaté que Blessings Tafadzwa Marufu n’avait pas quitté sa chambre pendant plusieurs jours.

Selon les images des cameras CCTV, un homme a quitté la chambre et n’est jamais revenu. Le journal avance que Blessings Tafadzwa Marufu aurait été assassiné par le baron de la drogue pour qui elle travaillait.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.