Société

Toussaint : La tradition des chrysanthèmes

Vendredi 2 Novembre 2018

La « fleur des morts » orne les cimetières une fois par an pour la fête chrétienne du 1er novembre. Une tradition qui remonte au XIXe siècle.


Le 2 novembre étant un jour férié, c'est une aubaine pour les producteurs de fleurs et les fleuristes, car un plus grand nombre de Mauriciens profiteront pour aller au cimetière. Les fleurs gueule de loup, marguerite, reine de marguerite, œillet, entre autres fleurs,  sont en grande demande pour la fête des Morts. Les prix démarrent à partir de Rs 50.

Le chrysanthème, c'est la fleur star de la Toussaint qui fleurit les cimetières en remplacement des bougies.

La littérature spécialisée indique que dès la moitié du XIXe siècle, cette plante a commencé à remplacer les bougies laissées dans les cimetières pour la fête des saints, la Toussaint. Elle a été choisie pour une raison simple : c’est l’une des rares à être encore en fleur début novembre.

Mais, grand nombre oblige, la plante a gagné en « popularité » après la première guerre mondiale, pour fleurir les tombes des millions de morts, en France et en Belgique.

Une fête codifiée tardivement

Au départ, la Toussaint n’a pas d’origine biblique, on n’en trouve trace ni dans l’Ancien ni dans le Nouveau Testament. La naissance de la fête se situe à Rome dès le Ve siècle, et on en trouve une première « codification » en 610 par le pape Boniface IV, qui déplace la fête au 13 mai. 

Il faudra attendre le XXe siècle pour que le pape Pie X intègre la fête des saints dans la liste des huit fêtes les plus importantes du calendrier catholique.

En revanche, la fête – officielle – des défunts catholiques est le 2 novembre, le lendemain.

Rédigé par E. Moris le Vendredi 2 Novembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.