Menu


Un autre regard

Tizistwar nou pays : Laboutik sinoi


Rédigé par E. Moris le Dimanche 27 Janvier 2019

Nanda Pavaday nous fait retrouver dans ses écrits l'atmosphère de Maurice "letan lontan", celui de son enfance !



«Kisann-la pou vinn avek mwa laboutik?» Lorsqu’on était petit, on se hâtait de répondre : «Mwa! Mwa! Mwa!» à cette question. Accompagner un adulte à la boutique représentait un voyage dans un univers qui nous faisait rêver, et on y revenait toujours avec plein de choses à raconter.

En ce temps-là, il nous arrivait souvent de croiser en chemin des petits enfants récitant, non pas leurs leçons, mais une liste de commissions à acheter : 5 liv diri, 2 liv disik, 1 kar pwason salé, démi bar savon, 2 dizef.

Il leur arrivait toutefois de rencontrer un ami en chemin ou un chien, qu’ils s’arrêtaient pour caresser, avant de reprendre leur route, et d’arriver à la boutique incapables de se souvenir de ce qu’ils étaient venus acheter.

Ce qui donnait lieu alors à des scènes comiques : «Mo mama dir ou koumsa donn… 3 liv… Délwil ek 1/2 kar diri…»

Ce à quoi le boutiquier répondait : «Délwil pa vandé la liv sa. Ré al lakaz to dimandé bien.»

Dans chaque quartier, il y avait une boutique chinoise à l’angle de la rue, reconnaissable à l’extérieur par son toit en tôle ondulée. Elle était construite avec un auvent sous lequel les passants s’arrêtaient parfois pour se protéger du soleil ou de la pluie.

Il y avait également sous cet auvent des perrons en béton sur lesquels les clients pouvaient asseoir et discuter en buvant une bière à l’extérieur de la boutique. Souvent des publicités vantant des boissons gazeuses ornaient la devanture de la boutique ainsi que des capsules géantes taillées en tôle sur les portes.

Il y avait à l’entrée une barre de fer avec un crochet au bout qu’on utilisait pour fermer la porte. Les petits enfants accompagnant leur parent à la boutique s’arrêtaient parfois pour jouer avec le crochet pendant que ce dernier faisait les emplettes.

Retrouvez la suite de "Laboutik sinoi" en cliquant ou :

http://www.tizistwarnoupays.com/



Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.