Menu


Politique

The Daily Show Press Conference ou la séance d'hypnose collective progouvernemental


Rédigé par E. Moris le Mercredi 13 Mai 2020



Lors du point de presse du comité national de communication sur le Covid-19 ce mercredi 13 mai, le Dr Kailesh Jagutpal, Zouberr Joomaye et Maneesh Gobin sont venus faire le service après-vente du gouvernement concernant le Covid-19 Bill et le Quarantine Bill qui font débat au Parlement.

L’Attorney General et accessoirement ministre de l'Agriculture, Maneesh Gobin a parlé des amendements sur le Covid Miscellanous Bill, en déclarant non sans rire, que chacun doit faire des sacrifices pour que le pays puisse se relever.

A propos de la réduction des congés, il a encouragé les mauriciens à ne pas rester chez soi mais d'aller au travail. On croit rêver ! Est-il aussi déconnecté de la réalité pour croire que les mauriciens après deux mois de confinement, peuvent se permettre de rester à la maison ?  «Gouvernma pa pé koup kass personn. Ena enn restriksion lor konzé pou enkouraz dimounn al travay. Sé pa le moman pou dir mo pou pran enkor konzé mo pou ress kot mwa», a-t-il déclaré. 

Maneesh Gobin a lancé un appel aux Mauriciens de ne pas céder aux Fake news. 

Selon Gobin, ces deux projets de lois, faciliteront la prise en charge des patients atteint du Covid 19 ou d'autres maladies transmissibles. A propos des pouvoirs accrus de la police sous le nouveau Quarantine Bill, la police ne pourra pas procéder à des arrestations arbitraires.

Mais reconnait sans un paradoxe près, que la force policière aura le droit d’arrêter une personne sans mandat, si celle-ci est suspectée d’être atteinte d’une maladie transmissible et qui refuserait de se soumettre aux tests de dépistage.

Une vidéo de Kailesh Jugutpal refait surface : "toutes les mesures sont respectées".

Kailesh Jagutpal, le ministre de la Santé a rebondi sur le même thème où selon lui, «cette loi vise à protéger non seulement la personne infectée, mais aussi la société».


 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.