Menu

Sport

Testée positive au dopage, Kate Foo Kune avait-elle le droit de participer à une compétition au mois de juin ?


Rédigé par E. Moris le Lundi 1 Juillet 2019



Lors des championnats d’Afrique Senior de badminton au Nigeria, Kate Foo Kune a été contrôlée positive au dopage, avec la présence d'une substance interdite selon la Badminton World Federation (BWF). 

Si le président de l’association, Sharma Nundah, n’a toujours pas souhaité réagir, et dit préférer attendre les résultats de la contre-expertise. Il n'empêche que certaines zone d'ombre subsistent.

En effet, la badiste 6 fois championne d’Afrique en simple dame et porte-drapeau de la délégation mauricienne aux Jeux Olympiques de Rio, au Brésil n'est absolument pas une novice concernant le règlement et les contrôles antidopage.

Dans le milieu sportif chacun s'interroge, comment Kate Foo Kune a-t-elle pu participer à une compétition alors que pèse sur elle, un soupçon de dopage ?

Rappel des faits, plusieurs médias ont mis "du temps" à divulguer son nom, alors que ZINFOS MORIS a rapporté l'affaire dès confirmation du dopage sur le premier échantillon :"Badminton : La mauricienne Kate Foo Kune contrôlée positive au dopage".

Qui plus est,  l’Association mauricienne de Badminton (AMB) était au courant, elle des faits, depuis le 10 juin dernier. Dans ce cas, le scandale risque d'éclabousser un peu plus cette instance car Kate Foo Kune a disputé les Internationaux de Maurice du 13 au 16 juin, alors que la nouvelle était déjà tombée quelques jours plus tôt.

Pour rappel, l’échantillon A de Kate Foo Kune, a été testé positif au produit  sur l'échantillon A à 1-Andro Stenedione, aux Championnats d’Afrique qui a eu lieu au Nigeria, en avril dernier. Les résultats de l’échantillon B, envoyé sont attendus cette semaine.

Si l’athlète est reconnue coupable, elle sera exclue de l’équipe de Badminton à quelques jours des Jeux des Iles 2019 et des compétitions internationales.

Lundi 1 Juillet 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.