Menu

Société

Talisma Valayden prise d'un malaise est admise à l'hôpital


Rédigé par E. Moris le Lundi 17 Mai 2021



Me Rama Valayden, fondateur du Groupe Réflexion Emmanuel Anquetil (GREA), homme de loi et ancien Attorney general a été interpellé aux petites heures du matin à son domicile familial à Pailles.

Il a été embarqué sous les yeux de son épouse et de ses enfants aux Casernes centrales. Une interpellation qui fait suite à un rassemblement pacifique du GREA qui a eu lieu devant la municipalité de Port-Louis, dimanche matin 16 mai en soutien à la cause palestinienne. Selon la police, les règles sanitaires, notamment la distanciation sociale, n’ont pas été respectées lors de ce rassemblement sous une infraction à la Quarantine Act.

Peu après 9 heures ce lundi 17 mai, Me Rama Valayden a été autorisé à partir après avoir avoir été entendus par les enquêteurs, il est par ailleurs en état d'arrestation. Il devra revenir demain aux Casernes Centrales pour une charge provisoire.

Me Rama Valayden est représenté par Me Sanjeev Teeluckdharry. Ce dernier a été rejoint par d’autres avocats, dit "Avengers", Mes Roshi Bhadain, Akil Bissessur, Samad Goolamally, Ashley Hurhangee, Nando Bodha, entre autres.

Son épouse Taslima Valayden après plusieurs heures angoissantes en se rendant devant les Casernes, a déclaré «Mo pa kone em ki sarz ena kont li. Ki linn fer, linn fer enn krim ? Zis akoz enn manifestasyon pou le pep palestine ».

Taslima Valayden a été bousculée et menacée avec des matraques de la police, elle s'est demandée si la foule qui est allée soutenir les proches du jockey Nooresh Juglall, décédé samedi après une chute, doit s’inquiéter d'une éventuelle interpellation.

Quelques minutes après la sortie de son époux Rama Valayden des Casernes Centrales, alors qu'il faisait un point de presse, Taslima Valayden a été prise d'un malaise et a été conduite pour des soins à l'hôpital.


 

Lundi 17 Mai 2021


1.Posté par SOOBRAYEN CANDEN le 22/05/2021 19:23
Rama et Talisma
TWO HEART of GOLD
Bravo a vous

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.