Menu


Politique

Suspension de la licence de Top FM pour deux jours : « C’est de la pure folie », affirme Arvin Boolell


Rédigé par E. Moris le Vendredi 3 Avril 2020



Pour le leader de l’opposition, la décision de l’Independent Broadcasting Authority de suspendre le permis de Top FM pour deux jours, de samedi 6 heures à lundi 6 heures, est « inacceptable, irresponsable et constitue une violation flagrante de la loi sur la liberté d’information ». 

Arvin Boolell souligne qu’à un moment où les médias agissent en conformité avec les règlements de l’IBA, c’est injuste de suspendre la licence de TOP Fm.

« This smacks of Vendetta », précise Arvin Boolell. Décodez : « Cela un un parfum de vendetta ! »

Le leader de l’opposition dit avoir exprimé son indignation au Premier ministre à travers le Secretary to Cabinet. Il soutient que depuis le début de l’épidémie, il a adopté une approche consensuelle. « En tant que patriote, j’ai choisi de placer l’intérêt du pays au-dessus de tout. Je le ferai toujours. Mais le régime a choisi la voie vindicative », souligne-t-il. 

Pour Arvin Boolell, « Enough is enough ». Le bras politique de l’exécutif a choisi d’agir de manière biaisée.

«  Le chairman de l’IBA est un simple vassal, un homme de paille au service du gouvernement. J’avais contesté sa nomination parcequ’il était impliqué dans la dernière campagne électorale. Il n’était pas qualifié pour s’asseoir dans ce fauteuil. J’ai protesté officiellement auprès du président de la République à Réduit », indique Arvin Boolell. 

Rappelons que le président de l’IBA est Bhooneswar Rajkumarsingh. Les membres sont, selon le site de l’organisme, Dheeren DABEE, Solicitor General, Satydanand AUJEET, Permanent Secretary, Prime Minister’s Office, Kushmunda FULENA-BOODHOO, Principal Information Officer, Prime Minister’s Office, Marie Anne Janick JAUNBOCUS, Permanent Secretary, Ministry of Arts & Culture, Dick Christophe NG SUI WA, Chairman de l’ICTA, Anirood PURSUNON, Sachin JOOTUN et Sohun NEERUNJUN.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.