Menu



Justice

Sursis judiciaire pour Sawmynaden : sa prochaine audience le 7 mai


Rédigé par E. Moris le Lundi 5 Avril 2021



L'audition de l'ex ministre Yogida Swamynaden dans le cadre de la "Private prosecution" de la veuve Kistnen dans l'affaire d'emploi fictif allégué, ce lundi 5 avril a été renvoyée le 7 mai, en raison du confinement par la magistrate Zeenat Bibi Cassamally de la cour de district de Port-Louis.

Pravind Jugnauth a "foul konfians" en son ministre Sawmynaden, victime d'une "cabale"

Le ‘ruling’ a trait à la demande des avocats de l’ex-ministre, Mes Raouf Gulbul et Mamad Bocus et ceux de la plaignante,  Mes Sanjeev Teeluckdharry, Shakeel Mohamed, Rama Valayden et Shahzaad Mungroo, qui demandent que l’affaire soit référée devant la Cour Suprême. 

Covid-19: comment les mafia ont profité de la pandémie à l'île Maurice

Pour rappel, la veuve de Soopramanien Kistnen allègue que l’ancien ministre du commerce aurait fait une fausse déclaration à la Mauritius Revenue Authority sur le fait qu’elle serait employée comme ‘Constituency Clerk’ avec un salaire de Rs 15 000 par mois. Cette déclaration mensongère alléguée l’aurait privée de toucher le Self-Employed Assistance Scheme.

Rappelons que c'est un contrat de nettoyage de la State Trading Corporation (STC) qui tombe sous la tutelle du ministère du Commerce de Yogida Sawmynaden qui a fait surface dans l’affaire Kistnen. L’agent du MSM aurait participé à un appel d'offres avec la promesse de toucher de l'argent, jusqu'à qu'il se rend compte d'avoir été berné et de vouloir tout dénoncer. En retour, Soopramanien Kistnen a trouvé la mort dans des circonstances troublantes. Depuis, c'est une véritable boîte de Pandore. Les révélations en cour démontrent les failles du système et la corruption qui sévit dans chaque organisme d'Etat.

Lundi 5 Avril 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.