Portrait satirique

Super Kailash !

Lundi 10 Septembre 2018

Kailash Trilochun est à la fois le cousin et le beau frère de Nando Bodha. Il s'est fait botter le popotin par SAJ lorsque ses honoraires ont été révélés. L'ex Premier ministre devenue ministre Mentor avait donné des instructions pou ‘fou li dehors partout’.


Kailash Trilochun, l’homme de loi, a décidé de régler ses comptes avec un peu tout le monde. Après les membres du gouvernement incluant l'entreprise familiale Jugnauth père & fils, il réclame Rs 417 millions de dommages au père (préjudice financier) et Rs 10 millions au fiston (préjudice moral) pour insultes et autres joyeusetés dont ils ont le secret entre «bébet»,  «bachara» et «rotweiller»...

L'ex juge Lam Shang Leen, président de la commission d'enquête sur la drogue a fait aussi les frais de l'avocat tout comme la MRA où il réclame Rs 1 108 108 pour préjudices subis et s'estimant "humilier" à la douane de l'aéroport où ses bouteilles de vin ont été saisies "illégalement" en mars 2016. 

C'est au tour de Showkutally Soodhun d'être dans la ligne de mire de Kailash Trilochurn !

Les faits remontent à 2016 alors que Showkutally Soodhun occupait le poste de Premier ministre par intérim.

Kailash Trilochun accuse Soodhun d’être intervenu auprès du Commissaire de Police afin d’ignorer la lettre de Me Rama Valayden.

L'’avocat avait fait une demande auprès de la police de ne pas procéder à l’arrestation de son client, Kailash Trilochun, à sa descente d’avion, alors qu’il se trouvait en Afrique du Sud, avec sa famille.

Kailash Trilochun était attendu aux Casernes Centrales afin de donner sa version des faits dans le cadre de l’enquête sur l’agression au cutter de Bhanoodutt Beeharree, alors chairman de l’ICTA. 

La réponse de Showkutally Soodhun, un habitué de réclamations de dommages et intérêts, dit ne pas prendre en considération les propos de Trilochurn

 «Li pe poursuiv zot tou ! Li pa koner ki li envi fer. Laisse li faire ».

Rédigé par E. Moris le Lundi 10 Septembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.