Menu


Société

Sunil Gohin, l'homme de l'ombre derrière la propagande MSM


Rédigé par E. Moris le Vendredi 4 Octobre 2019

Le nerf de la guerre dans une campagne électorale après l'argent, c'est la communication. Les différentes formations politiques l'ont bien compris avec une forte présence sur les réseaux sociaux.



Source : Profil FB.
Source : Profil FB.
C'est ainsi que pour toucher un électorat moins connecté avec les outils de technologie, l'un des bailleurs de fond du parti Soleil a lancé dans les kiosques deux publications pro gouvernementales,  où sévissent les nouveaux mercenaires de la presse qui agissent ni plus ni moins comme des "coller lafis" politiques.

Si Jean-Michel Lee Shim, parrain des jeux du hasard et de SMS Pariaz affiche ses couleurs, il n'est un secret pour personne qu'il affiche également sa couleur politique en véritable « agent » du MSM. 

Une main sur le coeur, l'autre dans sa poche

Quand Jean-Michel Lee Shim ne s'amuse pas à faire de la propagande gouvernementale, il fait du "social". Pour réhabiliter son image de bookmaker très controversé, une plateforme de "news" a mis en avant le parrain de jeux en offrant l'image d'un "homme généreux et bienveillant" qui a à coeur les personnes malades. Ce vendredi donc, on n'est jamais mieux servi que par soi-même, le patron des jeux a vu de nouveau son portrait en Une dans son autre petit journal.

Sunil Gohin, connu comme le nouveau "Gooljaury".

Quand les journalistes ne sont pas convoqués aux Casernes, on peut compter sur les "con-frères" qui mènent des campagnes de propagande en passant les plats de la Kwisin.

Ils sont nombreux à faire les frais d'une campagne infecte, orchestrée et cautionnée par Sunil Gohin, le directeur de Cyberspot Ltd. Société qui a décrochée, sans appel d’offres, le plus gros contrat de câblage auprès de Mauritius Télécom.

Parenthèse : Zinfos Moris s'attend donc à lire très bientôt dans les colonnes des médias de Sunil Gohin des attaques ciblées envers La Rédaction, une recette dont le patron de Inside News a l'habitude et semble y prendre un certain plaisir dans un esprit de "feel good factor" !

Mauritius Telecom finance Inside News et ses propos diffamatoires

Sunil Gohin, connu comme le nouveau "Gooljaury"  à qui tout réussi, entre les services de conseil, les jeux d'argent et les paris en ligne, le traitement des données, et une agence de presse. L'obtention récente d'un permis radio est la parfaite illustration que l'homme bénéficie de certains privilèges.
 
Lancement de l'application du parti MSM

Mercredi 2 octobre, Chintamanee Gohin, alias Sunil, a lancé pour le compte du parti MSM, une application de campagne baptisée « Ensam », téléchargeable sur Play Store. C'est la compagnie Digital Assets Ltd qui a comme directeur Chintamanee Gohin qui est également directeur d’Inside News et de Wazaa FM, deux "médias" à propagande pro-gouvernementale qui vient de proposer ses services au MSM.

L’application permettra de glorifier les derniers événements, déplacements et accomplissements du gouvernement, en mettant en avant le Premier ministre Pravind Jugnauth. C'est donc, sans grande surprise qu'on observe la récupération politique de la visite papale et où le leader du MSM continue de vanter les réalisations de son gouvernement, mettant sous le tapis les nombreux scandales, les démissions records ou autre remaniement ministériel.

Le slogan Ensam

Les limiers du Net n'ont pas hésité à remarquer encore une fois des "similitudes fortuites" et "parallel thinking" avec la campagne politique de l'ancien président français Nicolas Sarkozy. 

Ce qui fait dire aux observateurs en communication, que le plagiat est dans l'ADN du gouvernement Lepep. En reprenant le slogan en créole de "Ensam"  à son compte pour son application, le MSM a repris le nom du parti de Roshni Mooneeram devenant ainsi sous forme de boutade "pot de chambre".

Lire également : Octogone politique version 2.0 : "similitudes fortuites" et "parallel thinking" 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.