Menu



Société

Steven Obeegadoo "sans les vaccins, pas de réouverture des frontières"


Rédigé par E. Moris le Vendredi 22 Janvier 2021

Une vaccination contre le Covid-19 à vitesse variable à travers le monde. Déjà des millions de personnes sur la planète ont été vaccinées contre le Covid-19. Plusieurs vaccins sont utilisés et les stratégies vaccinales diffèrent d’un pays à l’autre.



Jeudi 21 janvier, après plusieurs semaines de silence, Steven Obeegadoo, le ministre du Tourisme après avoir flatté la décision du gouvernement de la fermeture des frontières, en mettant l'île sous cloche depuis mars 2020, a estimé que pour la relance du tourisme dans ce secteur, il est important que le touriste qui débarque à Maurice et la population locale soient vaccinés.

" Sans les vaccins, “pas de réouverture des frontières ".

Steven Obeegadoo n’a pas avancé de date quant à la réouverture des frontières mauriciennes, estimant que « nous ne sommes certes pas dans une situation d’urgence comme à l’étranger ». Maurice recevra par ailleurs un don de 100 000 doses de vaccin de l’Inde. Les 50 000 personnes qui vont être vaccinées comprendront celles du secteur hôtelier.

À table ! Après Lux et Sun Resorts (Rs 3,1 milliards), c’est au tour de New Mauritius Hotels de bénéficier d'une aide financière.

Rappelons que le tourisme local permet uniquement de réduire les pertes des opérations et non de couvrir entièrement les frais. Aucun licenciements au sein des hôtels, puisque les hôteliers s’appuient sur le soutien financier de l’État. 50 000 employés du tourisme ont bénéficié du Wage Assistance Scheme. Ce qui représente un montant de plus de Rs 5 milliards. Par ailleurs, plus de 9 000 individus ont bénéficié du Self Employed Assistance Scheme. 

L'île Maurice envisage la vaccination obligatoire pour les passagers

La rencontre s’est déroulée en présence des officiers du ministère du Tourisme, des représentants de la MTPA et de la Tourism Authority.

Vendredi 22 Janvier 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.