Menu

Régions Océan Indien

St Brandon : Raphael Fishing Co Ltd réplique du tac-au-tac


Rédigé par E. Moris le Mardi 24 Janvier 2023



St Brandon : Raphael Fishing Co Ltd réplique du tac-au-tac
Raphael Fishing Company Ltd ne compte pas se laisser faire. Elle dit envisager toutes les options à sa disponibilité pour contrer une offensive du gouvernement afin de résilier son « bail permanent » sur 13 îlots de St Brandon.

Rappelons que Maneesh Gobin, en conférence de presse, avaient indiqué que les autorités mauriciennes comptent user de toutes les armes à leur disposition, notamment un amendement constitutionnel, afin de récupérer St Brandon, qui est davantage un archipel.

Dans un communiqué, émis samedi, Raphael Fishing Company Ltd confirme qu’elle détient ce « bail permanent » sur 13 des 30 îles et îlots de St. Brandon. Elle affirme qu’elle n’a aucun droit sur les 17 restants. Elle souligne que le Privy Council a reconnu le fait qu’elle détient ce « bail permanent » en 2008. Cela, grâce un acte notarié entre les autorités coloniales de 1928 et la compagnie. Sauf que la compagnie insiste que l’État mauricien est le propriétaire légitime des îlots et que « le gouvernement contrôle toutes les activités, incluant les droits de passage sur la mer, dans les airs et bien évidemment la sécurité nationale ». Raphael Fishing soutient aussi que, contrairement à ce qu’a laissé entendre Maneesh Gobin, elle n’est pas la seule compagnie de pêche à pouvoir opérer dans la zone. Le gouvernement mauricien, selon lui, a octroyé des permis de pêche à « beaucoup d’autres compagnies de pêche », locales comme étrangères. La compagnie affirme avoir été surprise par la sortie brusque de l’Attorney General car le gouvernement, jusque-là, n’a pris aucun contact avec elle à ce sujet. Reste à connaître les intentions réelles du gouvernement concernant St Brandon.

Mardi 24 Janvier 2023

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.