Menu

Politique

Splash and Fun Leisure Park (ex-Waterpark) : « Il y a détournement », insiste Xavier-Luc Duval


Rédigé par E. Moris le Mardi 29 Mars 2022



La Private Notice Question de ce mardi était axée sur le coût des travaux de rénovation et de réaménagement du Splash and Fun Leisure Park. Elle était adressée au ministre de l'Agro-industrie, Maneesh Gobin. Dans la PNQ, Xavier-Luc Duval a déclaré que le coût est d’environ Rs 380 millions. 

Toutefois, dans sa réponse, Maneesh Gobin a souligné que le coût initial était de Rs 350 millions. Il a confirmé que les travaux ne sont pas complétés. Mais il n’a pas donné le montant des dépenses. Cependant, il a expliqué que le parc aquatique a dû fermer ses portes à trois reprises en raison de la situation sanitaire… alors que les opérations devaient financer le coût des travaux. 

Pour Xavier-Luc Duval, il est clair qu’il y a eu détournement. Il a déclaré qu’il a visité l’endroit et que les rénovations effectuées ne justifient pas le montant dépensé. Il a ajouté que beaucoup d’attractions ne sont pas opérationnelles. Maneesh Gobin a répliqué que s’il y a eu détournement, le conseil d’administration du Sugar Investment Trust devra assumer ses responsabilités. Il a souligné qu’il est prématuré pour l’instant de parler de détournement. Cependant, le ministre a révélé que le board du Sugar Investment Trust, nouvellement constitué, est en train d’étudier le rapport de l’audit interne. Il a aussi demandé que d’autres exercices d’audit soient menés. 

Xavier-Luc Duval a réclamé une commission d’enquête sur toute la question. Il a expliqué son étonnement que le chairman du SIT, dont SIT Leisure Ltd est une filiale, « ait obtenu une promotion et soit aujourd’hui chairman de Landscope Mauritius ». Cet organisme, selon Xavier-Luc Duval, a trois fois plus d’actifs que le SIT.

Mardi 29 Mars 2022


1.Posté par Soungalo coulibaly le 30/03/2022 14:30
J'adore votre article je suis Vendeur de pièce détaché auto

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.