Menu


Politique

Soorojdev Phokeer et Irfan Rahman, deux marionnettes à des postes clés de la démocratie


Rédigé par E. Moris le Dimanche 8 Novembre 2020



Le leader de l’opposition n'a peut-être pas tort en déclarant que l’affaire Angus Road « est le scandale du nouveau siècle.»

La réponse du Premier ministre à la Private Notice Question sur l’affaire Angus Road a été brève. Très brève même ! Une déposition à l’ICAC en 2011, qui n'a à ce jour, donnée aucune suite...Pravind Jugnauth a indiqué que son bureau a contacté l’Icac qui a répondu que l’enquête est en cours et que l’organisme ne pouvait révéler aucune information, selon la section 81(2) de la Prevention of Corruption Act. Une réponse commode que le Premier ministre, quelque peu gêné tout de même, a répétée en deux occasions au Parlement. Arvin Boolell a tenté de tirer les vers du nez de Pravind Jugnauth et même de le pousser à répondre quelque chose. En vain ! 

Voyant que le chef du gouvernement refusait de fournir des détails sur l’évolution de l’enquête, Arvin Boolell a fait ressortir que Pravind Jugnauth ne fait pas honneur au poste de Premier ministre, et lui a demandé de démissionner.

Piqué au vif, Pravind jugnauth est sortit de ses gonds pour faire une attaque personnelle, qualifiée d'indécente par Arvin Boolell.  « Si je suis la logique du leader de l’opposition, laissez-moi vous rappeler l’affaire Sun Tan où l’on reprochait au DPP de conflits d’intérêts. Est-ce que le DPP aurait lui aussi dû step down ? », a répliqué Pravind Jugnauth. Rappelons que le DPP, Satyajit Boolell, n’est autre que le frère du leader de l’opposition.

Le Speaker de l'assemblée agit comme bouclier pour le chef du gouvernement.

Lors de cette même séance parlementaire, le leader de l'opposition avait cité le nom du principal protagoniste dans l'affaire Angus Road, Alan Govinden, celui qui a déboursé Rs 20 millions pour le compte du couple Jugnauth. Et là le Speaker l'arrête pour lui signifier qu'il n'a pas le droit de citer les gens qui ne sont pas présents. Which is which? Balancé le nom du DPP, Satyajit Boolell est-il quantité négligeable aux yeux de Phokeer quand c'est Pravind Jugnauth qui s'y met?

À un certain moment, Soorojdev Phokeer s'est même perdu dans ses explications. Il a demandé à Arvin Boolell de retirer ce qu'il a dit sur le Premier ministre. "Retirer quoi ?" a demandé le leader de l'opposition. "Tout ce que vous avez dit", à répliqué le Speaker, qui a bafouillé. Il a dû suspendre la séance pour aller vérifier ce qu'il reprochait exactement au leader de l'opposition.

À la reprise, il a déclaré qu'il mettait fin à la PNQ car il est clair que le Premier ministre ne pourra rien dire de plus sur le sujet. Soulignons que ce n'est pas la première fois que le Speaker joue comme gardien des buts pour le compte du MSM.

Le silence coupable et complice de Paul Bérenger sur son ancien ambassadeur Soorojdev Phokeer

 

Soorojdev Phokeer et Irfan Rahman, deux marionnettes à des postes clés de la démocratie
Alan Ganoo en campagne 

Une vidéo est en circulation depuis jeudi 5 novembre, dans laquelle on voit le ministre Alan Ganoo prenant la parole lors d’un meeting organisé par le Mouvement Socialiste de Chemin-Grenier, un groupe qui participe aux élections villageoises qui se tiendront le 22 novembre prochain.

Dans cet enregistrement, on y voit et entend le ministre du Transport Alan Ganoo intervenir lors d’une réunion privée et clairement faire des promesses et donner des consignes de vote dans la circonscription n° 14, Savanne/Rivière-Noire. Il a évoqué des recrutements, plus d’une centaine, dans certains organismes tombant sous sa responsabilité. Mais selon ses dires ce ne sont pas des bribes électoraux.

« Pena narien a fer ek eleksyon vilaz. Eleksyon vilaz ou pa, ti pou rekrite »

Prit la main dans le sac et répondant à une question de la presse, Ganoo se débat comme un beau diable dans des explications qui ne sont pas convaincantes. «Je n’ai fait aucune promesse. Je suis dans ma circonscription tous les jours. C’est ma maison, ma famille. Je passais à Chemin-Grenier quand un groupe de jeunes participants aux élections m’a invité à faire un discours», a répondu le ministre du Transport. 

Comment va réagir la commission électorale après la participation du ministre Ganoo à ce rassemblement?

22 ans qu’il occupe ce poste. Le commissaire électoral Irfan Rahman en est à sa cinquième participation aux élections à Maurice. Le petit-fils de sir Abdool Razack Mohamed n'a t-il pas fait son temps dans l'exercice de ses fonctions?

L'ancien Senior Magistrate à la cour intermédiaire et Returning Officer à l’Electoral Supervisory Commission, dans l’exercice des fonctions que lui confère la Constitution, en tant que commissaire électoral n’est soumis aux directives ou contrôle d’aucune autre personne ou autorité. Et pourtant si durant des années son professionnalisme et intégrité ont été loués, la crédibilité de Irfan Rahman s'effiloche depuis les dernières législatives. 

Effectivement une photo prise d'une boîte de bulletins parfaitement rangés dans une urne sous scellée a fait le buzz, les explications de l'utilisation de la règle magique n'a pas convaincu grand monde, tout comme les bulletins de vote qui étaient supposément sous scellés et sous stricte surveillance ont été retrouvés dans la nature après le dépouillement. Les deux cas ont été référés au central CID. A ce jour, l'enquête est au point mort.

Qui plus est, la possibilité d'utiliser à la dernière minute la carte d'autobus (bus pass) pour voter a été la goutte d'eau de trop. Une nouveauté qui a surpris plus d'un! 


 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.