Menu



Justice

Soopramanien Kistnen aurait remis les 'Kistnen Papers à Bruneau Laurette peu avant sa mort


Rédigé par E. Moris le Lundi 8 Février 2021



L'affaire Kistnen dévoile peu à peu ses secrets. En cour de Moka ce lundi 8 février, Murvind Beetun, journaliste à Top Fm, a déclaré qu’il avait obtenu ce qui est désormais appelé « Kistnen Papers » avant même le décès de l’agent du MSM, par l'intermédiaire de Bruneau Laurette le 1er octobre.

Soopramanien Kistnen, ex agent du MSM, est décédé le 18 octobre et son corps retrouvé le 20 dans un champs de cannes à Telfair, Moka. 

Murvind Beetun aurait remis par la suite, les originaux des Kistnen Papers au DPP pour de multiples raisons notamment la fuite dans la presse et sa « vie était potentiellement en danger.» La Head of Registry du bureau du DPP a confirmé à la barre que Murvind Beetun est venu déposer les documents en question au bureau du DPP le 30 décembre 2020.

Autre révélation, l’activiste social Bruneau Laurette appelé en cour de Moka a déclaré que c’est Soopramanien Kistnen qui lui avait remis les 'Kistnen Papers', peu après le pèlerinage au caveau du père Laval, faisant état des dépenses électorales des trois élus de la circonscription n° 8 (Moka/Quartier-Militaire) aux législatives de novembre 2019. 

La rencontre avait eu lieu sur l’aire de stationnement du centre commercial de Bagatelle. Bruneau Laurette a ensuite remis à Murvind Beetun, journaliste de Top FM, pour une enquête d'investigation.  Selon, Bruneau Laurette, Soopramanien Kistnen lui a confié ses déboires concernant les abus supposés du ministre Yogida Sawmynaden pour obtenir des contrats. Il se sentait léser.

Les travaux ont été ajournés à ce mardi 9 février.
 

Lundi 8 Février 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.