Menu

Société

Soodhun évoque un voyage inutile du président de l'ICC et critique Teeluck


Rédigé par E. Moris le Mercredi 20 Avril 2022



Rassurez-vous, ce n'est pas pour faire économiser le pays que Showkutally Soodhun, notre ambassadeur au Moyen Orient, fait des siennes. Non, c'est parce qu'il ne veut que d'autres s'attire les éloges qui lui reviennent. Mais ce n'est pas anodin qu'un ambassadeur fasse une sortie en règle contre d'autres nominés du gouvernement.

Ainsi, sur les réseaux sociaux, Soodhun dit avoir "été surpris d'apprendre par la presse que le président de l'Islamic Cultural Centre, Samad Sairally, et M. Bhadullah, haut cadre du même organisme, sont partis en mission pendant 7 jours pour négocier le Hajj". Il ajoute que leur déplacement est entièrement payé par le gouvernement. Ce qui comprend l'hôtel et les billets d'avion.

Showkutally Soodhun ajoute qu'il aura une réunion demain avec le ministère du Hajj, la nouvelle organisation Motawafoun Foundation et toute l'équipe, car ils prendront l'entière responsabilité du Hajj 2022. Soodhun souligne qu'il trouve "très inapproprié et irrespectueux" qu'en le duo Sairally-Badullah ait déjà rencontré le directeur du Hajj et ont négocié pour un quota de visa, alors que lui avait invité le président de l'ICC à la réunion de demain.

"Ils ont négocié pour un quota de 1500 alors que l'année précédente, il était de 2040. Et ils n'ont obtenu que 672 visas. Je considère cela comme très irresponsable", précise Soodhun.  L'ambassadeur affirme que le duo a compliqué l'accord et qu'il sera  maintenant difficile de gérer la situation.  Et Soodhun de critiquer Avinash Teeluck. "Je considère que le ministre Teeluck est en faute. Il prendra ses responsabilités".  Le Hajj n'est pas une chose mineure, dit-il.  Showkutally Soodhun refait des siennes.

Mercredi 20 Avril 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.