Politique

Soodhun acquitté en Cour, son avocat Me Raouf Gulbul profite pour régler ses propres comptes

Mercredi 25 Septembre 2019

L’ancien vice-Premier ministre et ministre du Logement, Showkutally Soodhun, a été acquitté par la magistrate Meenakshi Gayan-Jaulimsing, dans le procès qui lui était intenté pour abus de pouvoirs dans le cadre des propos sectaires qu’il aurait tenus lors d'une réunion le 17 juillet 2017 à son ministère.

Showkutally Soodhun est non coupable. Ainsi en a décidé la cour intermédiaire ce matin en se basant sur le témoignage de Vivek Pursun, le témoin principal dans l'affaire et aussi le fait que la poursuite n'a pu établir la culpabilité du prévenu.

Me Raouf Gulbul, l'avocat de Showkutally Soodhun à la sortie de l'audience réagissait et affirme :

«Li bien fasil fer allegations me kan arive ler pou prouver zot fail. Ankor enn fwa nou trouve le danze de foss allegations. Mo espere sa pou servi kouma enn lecon pou nou tou».

Pour rappel, Me Raouf Gulbul a porté plainte à la suite de la Commission d’enquête de Paul Lam Shang Leen et ses deux assesseurs, Sam Lauthan et Ravind Domun, qui allègue dans les pages 222 à 227 du rapport : que Me Raouf Gulbul s’est rendu coupable à plusieurs reprises de subordination de témoins ; qu’il a utilisé un téléphone spécial, assurant une confidentialité totale, pour parler avec ses clients en détention à la prison ; que ses honoraires proviennent de l’argent du trafic de drogue ; que des barons de drogue ont grandement financé sa campagne électorale en 2014 ; qu’il a donné des instructions à un de ses juniors pour déposer Rs 5 000 sur le compte d’un ressortissant indien condamné pour trafic de drogue et ; qu’il a utilisé sa position de Chairman de la Gambling Regulatory Authority pour aider des trafiquants à blanchir de l’argent provenant du trafic de drogue dans des casinos, des maisons de jeux et aux courses. 

Rédigé par E. Moris le Mercredi 25 Septembre 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.