Politique

Soodhun accuse l'Express de diffamation et de complots !

Dimanche 1 Juillet 2018

La nouvelle est tombée cette nuit. Suite à un article paru dans l'Express hier samedi, concernant la vente d'un terrain à pas géométriques, pieds dans l'eau à Grand-Baie, par Umeir Soodhun, le fils de Showkutally Soodhun, ce dernier a répliqué en accusant le journal de "faussetés" et de "diffamation".


Soodhun accuse l'Express de diffamation et de complots !
Showkutally Soodhun a accordé un entretien vidéo à Channel News (une plateforme de propagande pro gouvernementale) pour dire sa "vérité".

Installé face caméra, Soodhun n'a pas hésité à fustiger le quotidien l'Express, déclarant que les accusations sont des "faussetés" et de la "diffamation" et ce ne sont que des allégations non fondées. Il récuse l'accusation de fraudes. 

Dans une longue explication de plus de 12 minutes, il dit avoir obtenu une licence touriste pour la location à une compagnie chinoise. Puis son fils et lui ont décidé de vendre. A un prix "bon marché"

Pour réhabiliter l'image de son fils ternie par le scandale révélé par l'Express, Soodhun insiste sur la crédibilité et l'image professionnelle de son fils à l'international. 

Il répète la malhonnêteté de L'express qui a publié l'article sans la version de son fils. 

Selon lui, à travers cet article ce n'est pas uniquement son fils qui est ciblé.

Il soupçonne un complot de la part de l'Express à la veille de la venue d'une "grande délégation" et "personnalité comme le Prince Naeef" demain dimanche. 

Il demande à la population de faire sa propre conclusion de l'agenda caché. 

Tout a été fait légalement, il en est certain. Pour confirmer ses dires, il cite une section de loi. Ses avocats et lui n'hésiteront pas à réclamer des dommages de "plusieurs millions" et envisagent des poursuites criminelles.

Rédigé par E. Moris le Dimanche 1 Juillet 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.