Menu



Société

Simla Kistnen travaillait-elle pour le ministre Sawmynaden à l’insu de son plein gré ?


Rédigé par E. Moris le Jeudi 3 Décembre 2020



L’affaire Kistnen pourrait lui coûter cher ! Alors qu’il est, indirectement, accusé d’avoir un rapport avec le décès de l’homme d’affaires, qui était son chef agent, voilà que c’est la femme qui pourrait faire tomber Yogida Sawmynaden.

Les avocats de la famille Kistnen ont des documents prouvant que Simla Kistnen était officiellement une employée du ministre. Mais la dame, la principale concernée, n’est nullement au courant.

Une déposition devait être consignée ce jeudi par Mes Rama Valayden et Sanjeev Teeluckdharry. Mais ils ont changé d’avis à la dernière minute. Cela, après que les responsables de la Major Crimes Investigation Team ont informé le lead counsel (Valayden) qu’il n’y avait pas suffisamment d’effectifs pour travailler sur cet aspect. D’autant qu’ils doivent consacrer tout leur effectif à la préparation des documents pour l’enquête judiciaire qui débute demain.

Rappelons qu’en cas de mort suspecte et en l’absence de suspect, une enquête judiciaire est initiée par le tribunal qui a juridiction sur l’endroit où corps est retrouvé. Mais comment se fait-il que Simla Kistnen travaille pour Yogida Sawmynaden ?

Il faut savoir qu’un ministre obtient une allocation de Rs 15 000 pour employer une constituency clerk. Il doit soumettre un nom. À lui de s’arranger avec le Constituency Clerk en question. Certains envoient le nom d’un proche et empochent l’argent. D’autres ne paient qu’une partie du montant au Constituency Clerk. D’autres s’arrangent avec un groupe d’agents, qui ont déjà un boulot, et partagent la somme entre eux.

Me Wenda Sawmynaden, étrangement présente dans plusieurs scandales d'état

Est-ce que Yogida Sawmynaden s’est arrangé avec son chef agent Soopramanien Kistnen et a soumis le nom de Simla Kistnen ? En tout cas, si la principale concernée n’est pas au courant, il y a eu fraude ! Il pourrait avoir à démissionner… du moins si son chef a réellement des principes.

Jeudi 3 Décembre 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.