Menu


Société

Silence sur Angus Road et politique de l'autruche du couple Jugnauth


Rédigé par E. Moris le Dimanche 25 Octobre 2020



Depuis l'arrivée au pouvoir du clan Jugnauth, les scandales n'ont cessé d'éclabousser les plus hautes sphères de l'Etat, ternissant d'année en année l'image de l'île Maurice sur le plan international.

La petite bombe est venue de Roshi Badhain, lors d'un congrès à Rose-Belle, le 7 août dernier:  «Kifer enn dimounn dan Langléter pou pey Rs 20 millions a enn lot dimounn dan Langléter pou dé zanfan miner enn politisien vinn propriyéter enn térin dan Moris?»

Roshi Bhadain avait révélé qu’un terrain de 7 023 mètres carrés avait été acheté à Angus Road, à Vacaos, au cours d’un deal entre deux personnes en Grande-Bretagne et transféré, bien des années plus tard, aux noms de deux des filles du Premier ministre.

Le film "Prisoners of Paradise" produit par Alan Govinden en tournage à Moka

Le leader du Reform Party soutient que le terrain en question jouxte la résidence du Premier ministre. La superficie est de deux arpents. Un montant de Rs 20 millions aurait changé de mains, selon Roshi Badhain, suite à cette transaction. Le leader du Reform Party dit aussi avoir donné des précisions à ce sujet à la Commission anticorruption et que certaines autorités britanniques enquêtent aussi sur l’affaire.

Une déposition à l’ICAC en 2011, qui n'a à ce jour, donnée aucune suite...

Axcel Chenney et Roshi Bhadain ont comparé leurs notes sur l’affaire Angus Road, dans une émission intitulée : "Angus road, le grand déballage". 

Ainsi des informations sur les liens entre Patrick Rountree, de Bel Air Sugar Estate et le leader du MSM datant de l’époque où Pravind Jugnauth était ministre de l’Agriculture, puis grand argentier ont été révélées au grand public, malgré une tentative grossière de Pravind Jugnauth de tenter d’intimider l’express et La Sentinelle. 

Le Premier ministre avait fait servir une mise en demeure à l’express et un sorti un communiqué, bourré de fautes, pour l’informer que si des éléments diffamatoires étaient diffusés lors de cette émission, il saisirait la justice pour laver son honneur. Sauf que c’était une démarche totalement inutile car même sans cette « mise en demeure », Pravind Jugnauth aurait évidemment eu tout le loisir de saisir la justice. Donc pourquoi enfoncer une porte ouverte ?


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.