Politique

Showkutally Soodhun se défend d'avoir tenu des propos à relent communal

Mercredi 6 Mars 2019

Mercredi 6 mars, c'est devant la magistrate Meenakshi Gayan-Jaulimsing que le procès intenté à l'ancien ministre, Showkutally Soodhun, a repris devant la Cour intermédiaire.

Après des tentatives pour l'arrêt des procédures et par la suite gagner du temps par les avocats de Showkutally Soodhun, ce dernier a nié avoir eu des propos à relent communal lors de la réunion du 17 juillet 2017 au ministère des Terres.  

Appelé à témoigner à la barre, Nad Sivaramen, directeur des publications à La Sentinelle, a fait état de sa rencontre avec le Premier ministre le 7 novembre 2017 avec à ses côtés son collègue Axcel Chenney.

Ils avaient remis une clé USB à Pravind Jugnauth lors de cette entrevue en avançant que cela aurait pu nuire à l’équilibre social du pays d'où la nécessité, selon lui, de rencontrer le Premier ministre pour que ce dernier puisse prendre des actions nécessaires à son niveau.  

Vivay Kanum Pursun, porte-parole de « Regroupement de Bassin » a aussi été entendu comme témoin. Il a affirmé que la police l'a sollicité pour une déposition à la suite de la réunion du 17 juillet 2017 à laquelle il était présent.

Il a allégué que le ministre Soodhun avait tenu des propos à relent communal, il sera appelé de nouveau pour un contre-interrogatoire le 8 mai prochain. Mais avant il a demandé à la cour de lui octroyer une protection policière car il dit craindre pour sa sécurité.

Rappelons que Showkutally Soodhun, alors ministre du Logement et des Terres, est poursuivi pour avoir affirmé à un groupe de personnes que les maisons de la National Housing Development Company ne seront pas attribuées à une communauté. Ses propos avaient été enregistrés. Il avait dû démissionner par la suite. 

 Showkutally Soodhun est poursuivi sous une accusation de « abuse of authority by public officer ». Il plaide non coupable dans cette affaire.

Lire également :  Le show de Soodhun, le "Rwa lascar" !  

 

Rédigé par E. Moris le Mercredi 6 Mars 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.