Menu

Politique

Sexe, magouille et corruption à Grand Bassin : Le MSM serre les fesses et montre les dents


Rédigé par E. Moris le Dimanche 16 Avril 2023



Comme les marionnettes du Muppet Show, les petits laveurs d'assiettes s'animent pour nous offrir un show couleur orangé. Comme à leur habitude, à chaque nouveau scandale, les Muppets se mettent en quatre pour réhabiliter l'image de leur parti. Gonflant l'estomac et recrachant comme un gag des arguments farfelus et peu crédibles. 

Fazila Jeewa-Daureeawoon, la ministre de la Sécurité Sociale a démarré sa partition concernant les critiques dans le rapport accablant de 2022 sur les Droits de l’Homme, publié par le Département d’État américain. La ministre a affirmé à maintes reprises dans son zozotement habituel que le pays est un "pays démocratique" et qui respecte le judiciaire. Après plus de 14 minutes dans le même ton, tout le monde avait décroché...et comme l'insulte n'était pas assez flagrante, Bobby Hurreeram, alias Bobby Champal, Baahubali a été sans surprise, égale à lui-même. Les qualificatifs et flatteries à la limite de l'indécence en saluant la "performance" de Maneesh Gobin, empêtré dans une sombre histoire de "sexe, magouille et corruption", lors de la Private Notice Question (PNQ) de mardi dernier.

Selon Bobby Champal, le ministre a répondu du tac au tac aux interpellations de Xavier-Luc Duval. Mais comment en vouloir à quelqu'un qui a la mémoire d'un poisson rouge. Le petit tapeur du MSM a oublié de déclarer que le Part time Attorney general a "zoué bouré" face aux questions concernant sa responsabilité ministérielle dans l’octroi du bail non loin de Grand Bassin et sa présence sur les lieux en septembre 2020, avec sa chérie. En effet, le ministre s'est réfugié dans le silence, sous prétexte que par "respect" des institutions, il y a une "enquête en cours" et qu’il ne pourra pas répondre. Comme le ridicule ne tue pas, Bobby Hurreeram, a pris les journalistes à témoin pour expliquer que la PNQ était «fizet». C'est pourquoi selon lui, le leader de l'opposition a du faire une conférence de presse pour expliquer sa PNQ. Bien obligé ! Le Speaker Sooroojdev Phokeer a empêché une énième fois le leader de l'opposition de faire son job et de poser des questions qui embarrassent la majorité gouvernementale.

A écouter, Bobby Hurreeram, le parlement est un lieu, où les débats auraient dû porter sur des questions sur le développement et à l’avancement du pays plutôt que sur “les palabres et mensonges”. Selon la logique de Hurreeram quand Xavier-Luc Duval révèle les dessous du "trafiquant notoire" Franklin, il oublie qu'en tant qu'ancien ministre des Finances, il y avait l'affaire de miss Soornack, des terrains sur la plage sous l'ère Ramgoolam...

Un blouguiboulga indigeste écrit sûrement par son super conseiller. L'autre explication c'est qu'à force de côtoyer le Soleil, les neurones de Hurreeram ont sûrement brûlé. Il ne peut y avoir aucune autre explication. Sinon comment expliquer qu'ayant connaissance de cet état de fait, le MSM a accepté que Duval fasse partie du gouvernement, avant qu'il ne démissionne.

Tout comme le ministre de la Culture, Avinash Teeluck, Hurreeram a pilé sur le MMM et le Parti travailliste. Bla-bla-bla. 

Dimanche 16 Avril 2023

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.


LES PLUS LUS EN 24H