Société

[SerenityGate] Vikram Jootun : "Nous avons désormais un pied à Hollywood"

Mercredi 16 Octobre 2019

Mauriwood et ses rêves d’attirer les beaux dollars de la puissance américaine, semble être une des pires productions locales.


Après le flop commercial du film Serenity qui à sa sortie aux Etats-Unis n’a récolté  que 5,2 millions de dollars lors de sa première semaine d’exploitation, sans parler des critiques unanimes aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne.

Le film s'est invité bien malgré lui dans la campagne électorale à Maurice.

Vikram Jootun, directeur de la Mauritius Film Development Corporation et une délégation mauricienne s’étaient déplacé pour l’avant-première à Manhattan. "Nous avons désormais un pied à Hollywood".

Aviron (le petit studio américain qui a produit ‘Serenity’) c’était surement réjoui d’économiser près de 10 millions de dollars sur les 25 millions du budget du film grâce au "Film Rebate Scheme" (une mesure incitative pouvant couvrir jusqu’à 40% des dépenses liés à la production d’un film sur le sol mauricien). 

Dans notre malheur, fort, heureusement, Maurice, n'est pas associé au flot de critiques internationales. Dans le film, l‘action se déroule dans l’île fictive de Plymouth island. L’île Maurice n'est pas cité dans le générique de fin mais le groupe Maradiva oui ! D'ailleurs le groupe hôtelier a construit une communication lors du tournage du film à son compte

Le lancement du tournage du film hollywoodien Serenity avait eu lieu à l’hôtel Maradiva, à Flic-en-Flac, en juillet 2017. Cet hôtel compte parmi ses propriétaires Sanjeev Ramdanee, le beau-frère de Pravind Jugnauth et comme actionnaire Kobita Jugnauth l'épouse du Premier ministre sortant.

Qui est Sachin Jootun, alias Vikram Jootun ?
 
Il y a quatre ans, avant le scrutin du 10 décembre 2014, l’alliance Lepep utilisait "impunément" Facebook pour "annoyance" en dénigrant les adversaires politiques. Le clip Viré Mam avait misé sur les photos, dessins de presse, éditoriaux et autres articles d’opinion qui est vite devenu viral sur la Toile, avec plusieurs centaines de milliers de vues . 

L'homme aux cheveux couleur orange a été nommé directeur de la Mauritius Film Development Corporation (MFDC). Les critères de sélection du photographe attitré, il le doit à un seul succès : le clip «Vire Mam».
 
On y apprend tout de même que de juillet 2015 à avril 2018, les membres de la Mauritius Film Development Corporation ont effectué 17 missions à l’étranger. C’est ce qu’a révélé Pradeep Roopun, ministre des Arts et de la Culture, à l’Assemblée nationale à la suite d'une question parlementaire.

Le gouvernement a décaissé Rs 3 714 882.15 pour 17 missions des membres de cet organisme !

Après sa nomination comme directeur de l’organisme, avalisée par le conseil des ministres, le 12 juin 2015, Sachin Jootun, alias Vikram Jootun a fait son premier voyage, le 26 août, à Kuala Lumpur et Mumbai en compagnie de Dick Ng Sui Wa, président du conseil d’administration de la MFDC. Le voyage a coûté Rs 276 390.50.

Sur les 17 missions à l’étranger, Vikram Jootun, a fait 14 déplacements. Il s’est rendu au China Golden Rooster Award and Hundred en Chine, en Afrique du Sud pour le « Film Finance World Africa », au festival international de Goa, à Mumbai, en Allemagne,  France et Inde, entre autres. Collé aux basque un certain Dick Ng Sui Wa depuis qu’il est le président de la MFDC, a effectué une dizaine de "missions".

Le Festival de Cannes a coûté Rs 1 million

Sans surpise, pour la 69e édition, tenue du 9 au 17 mai 2016, trois membres avaient fait le déplacement : Dick Ng Sui Wa, son président du conseil d’administration, le directeur Vikram Jootun et le Senior Project & Programme Officer H. Bacorisen. Le coût de ce voyage s’élève à Rs 946 261.65.

Pour la 70e édition du 17 au 23 mai 2017, seul Vikram Jootun s’était rendu, où le montant de ce déplacement se chiffre à Rs 150 460.


Rédigé par E. Moris le Mercredi 16 Octobre 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.