Société

[SerenityGate] Le communiqué de l'Economic Development Board induit 'volontairement' le public en erreur

Mardi 15 Octobre 2019

Reprenant le communiqué de l'Economic Development Board (voir plus bas), Pravind Jugnauth affirme que “toutes les procédures ont été respectées”, pensant peut-être faire retombée la polémique en cours.

"Les membres de l'équipe de tournage du film Serenity sont restées dans deux hôtels dans le Nord. Un à Trou aux Biches, qui appartiendrait à la famille Espitalier-Noël et dans un deuxième hôtel, Be Cosy qui appartient à la famille de Ezra Jhuboo, candidat du PTr. "

Nous soulignons que le communiqué de l'EDB et Pravind Jugnauth omettent "volontairement" de faire mention de l'hébergement des acteurs du film, à l'hôtel Maradiva appartenant au clan familial Ramdenee.

Il suffit d'aller sur le site du groupe Maradiva pour avoir une idée de la publicité faite autour de la présence des acteurs américains au sein du groupe hôtelier. Le lancement du tournage du film hollywoodien Serenity avait eu lieu à l’hôtel Maradiva, à Flic-en-Flac, en juillet 2017. Cet hôtel compte parmi ses propriétaires Sanjeev Ramdanee, le beau-frère de Pravind Jugnauth et comme actionnaire Kobita Jugnauth l'épouse du Premier ministre sortant.

Selon la vidéo qui a été mise en ligne, «d’importants remboursements du Film Rebate Scheme auraient pu bénéficier à des proches de la belle-famille de Pravind Jugnauth».

Nous rappelons que Sarah Currimjee a été durant le mandat de Pravind Jugnauth, sa Senior Adviser au bâtiment du Trésor en matière de sport, éducation et jeunesse et est une proche du couple Jugnauth. Son mari Azim Currimjee est Independent Director à la SBM. Cet ancien de la Mauritius Chamber of Commerce and Industry (MCCI) et actuel président de l'Economic Development Board, siège sur 4 conseils d’administration.

La garde rapprochée du Premier ministre, un ex-steward et une coach sportive
 

[SerenityGate] Le communiqué de l'Economic Development Board induit 'volontairement' le public en erreur

Rédigé par E. Moris le Mardi 15 Octobre 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.