Menu

Faits Divers

Séquestration et torture: La police ne semble pas croire la version de Lucy Lemasson


Rédigé par E. Moris le Jeudi 17 Février 2022



Se serait-elle automutilée ? A-t-elle réellement sauté du deuxième étage pour échapper à son agresseur ? Comment un tel saut n’a-t-il pas laissé de séquelles ? Autant de questions auxquelles la Française Lucy Lemasson devra répondre.

Les enquêteurs semblent douter de sa version. Disons qu’après avoir entendu Grégory Suntah, ils estiment que la victime présumée de 19 ans doit être appelée à donner davantage d’explications.

Rappelons que Lucy Lemasson a porté plainte pour séquestration et torture contre son ancien petit ami de 23 ans. Ce dernier a évidemment été arrêté par la Criminal Investigation Division de la Western Division. Interrogé, il a indiqué qu’il a giflé la jeune femme après une dispute mais soutient qu’il n’y a jamais eu de torture. Mieux, il a indiqué que la jeune femme s’est automutilée dans son appartement (celui du jeune homme) où ils se trouvaient lors du passage du cyclone Batsirai le 2 février dernier.

Grégory Suntah, qui était accompagné de son avocat, Ludovic Balancy, a déclaré qu’il est resté en couple pendant plus de trois ans avec Lucy Lemasson. Il a ajouté qu’il l’aimait et qu’ils ont gardé le contact même après leur rupture. Il a déclaré qu’ils se sont disputés dans son appartement à Flic-en-Flac le soir du 2 février car elle avait un nouvel homme dans sa vie. Elle est même partie chez un ami. Mais il est allé la retrouver pour la convaincre de revenir. Il a indiqué que certes, il l’a giflée. Mais elle a répliqué en lui donnant trois coups de pied dans les parties intimes. Il est ensuite parti jouer à la console et s’est endormi. Le lendemain, il a constaté qu’elle était partie… en prenant la porte et non en sautant du deuxième étage de l’immeuble.

Jeudi 17 Février 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.