Société

Sécurité renforcée au port malgré deux radars en panne depuis un an

Jeudi 18 Octobre 2018

Branle bas de combat pour rectifier le tir après une PNQ sur la drogue mettant en lumière que deux radars étaient en panne et ce, depuis plus d'un an au port. Le Premier ministre concède qu’il n’était pas au courant.

C’est le leader de l’opposition Xavier Duval qui a révélé cette information au Parlement, lors de la séance réservée à la Private Notice Question le mardi 16 octobre. 

Pravind Jugnauth sur les retombées du rapport de la commission d’enquête sur la drogue s’était vanté des nouvelles acquisitions des différentes unités des forces de l’ordre. Ces équipements devraient rendre la lutte contre la drogue plus efficace.

C’est donc lors des dernières «supplemetary questions» que le Premier ministre a appris que les radars sont hors service et il a fait savoir que le nécessaire sera fait pour remédier à la situation.

Prabhas Reesaul, responsable de la Customs Anti Narcotics Section de la MRA affirme que la sécurité a été renforcée davantage au port avec la mise en place d'un Marine Traffic System. Ce système permettra d’avoir des informations détaillées et facilitera la surveillance permanente sur tous les mouvements des bateaux ou navires.

De son côté, la National Coast Guard s'est équipée d’un Coastal Surveillance Radar System situé à Albion. Ce système, opérationnel 24/7 est également équipé d’un Automatic Identification System.

La Mauritius Ports Authority installera également une centaine de caméras CCTV additionnelles, tout en faisant l’acquisition d’un drone ultra sophistiqué, et prévoit des inspections sous-marines. Des mesures recommandées dans le rapport de Hamburg Port Training Institute d’Allemagne afin de rehausser la sécurité dans le milieu portuaire mauricien.

D’ici, la fin de cette année, la zone portuaire sera entièrement sécurisée selon Ramalingum Maistry, le Chairman de la Mauritius Port Authority.
 

Rédigé par E. Moris le Jeudi 18 Octobre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.