Menu

Société

Scandale pharmaceutique : rétropédalage du gouvernement avec l'achat de Molnupiravir


Rédigé par E. Moris le Dimanche 12 Décembre 2021



Depuis la pandémie, la polémique enfle concernant l'achat de médicaments et d'équipements. Le ministre de la Santé, Kailesh Jugutpal, de son côté, patauge dans un énième scandale pharmaceutique et risque l’overdose de médicaments. 

Depuis les révélations du leader de l’opposition Xavier-Luc Duval, qui a révélé, à l’Assemblée nationale le vendredi 10 décembre lors de sa PNQ adressée au ministre de la Santé, l’achat d’un million de comprimés de Molnupiravir à Rs 79,90 l’unité auprès de CPM Distributors, au lendemain de l’achat de 800 000 comprimés de Molnupiravir à Rs 9,30 auprès de Mauritius Pharmacy, le ministère des Finances, à  travers le Secrétaire financier, a gelé le paiement de Rs 79,8 millions à la firme CPN Distributors Ltd, ce dimanche 12 décembre. 

Vol en plein jour sur l'octroi de contrat des médicaments par millions Jagutpal démasqué...de nouveau 

Rappelons que pour justifier sa commande, le ministre de la Santé Kailash Jagutpal, avait répliqué qu’il faut tenir compte de la disponibilité de ce médicament et a souligné que le même reproche lui aurait été fait s’il n’avait pas acheté le médicament, pour sauver des vies. 

CPN Distributors Ltd, société basée à Port Louis et à Montagne-Longue, a été incorporée en mars 2017. Appartenant à l’homme d’affaires Akash Chuttoo, elle s'est lancée dans la distribution de produits pharmaceutiques en juillet 2021.

Dimanche 12 Décembre 2021


1.Posté par Gaius Appuleius Dioclès le 12/12/2021 16:27
Le voleur de l'argent des Mauriciens c'est Jugnauth.

2.Posté par kersauson de ( P.) le 12/12/2021 17:04
9fwa plus cher !!
pour les poches de qui ???????

3.Posté par Seewoosagur le 13/12/2021 17:35
Ce qui est étrange, c'est que personne ne porte plainte pour ouvrir une enquête...Où en est l'affaire Kistnen?

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.